Il est difficile de remarquer une chose qui passe quand on a la tête ailleurs.
Pour comprendre ce que signifie le sens de  la concordance entre de fières  composantes il faudrait venir découvrir le choc entre le tracé imaginaire des uns et la puanteur des ordures et des mensonges. Avant l’atterrissage un capitaine annonce: “Mesdames et messieurs, nous voilà au dessus de l’aéroport de Beyrouth.

Il est renversant de bienséance et d’hospitalité au mois d’août et de Septembre en particulier. Selon les chemins qui vous mèneront à vos lieux préférés aux quatre coins du pays des Cèdres, la guerre pour le renfort des sièges est toujours prête à vous servir! ” 
“Évidemment, dira une dame, tout dévouement se fait déjà par la prévalence absolue de certains chefs. Eux représentent jusqu’à ce jour les meilleurs aspirations du libanais pour un Liban lumineux.”

Néanmoins les commentaires avertis de ce groupe qui dit reconnaître la défense et la poursuite de ses droits légitimes, d’autres passagers de saison spectateurs de drames regrettent presque de n’avoir pas laissé cumulé davantage les abus de leurs élus. “Ils ont tant accompli! Ils nous suffit d’entendre leur souci pour nous, afin de déduire tous  les sacrifices accomplis au nom des citoyens!”

Un monsieur indique, “le silence de plomb au sujet de certains fonctionnaires pour le moins abusifs signifie de bonnes nouvelles.
Les comportements inadéquats dans certains postes restent soumis à des autorités irréprochables.! “

Cependant, un élève studieux du secondaire qui visite pour la première fois l’aéroport étouffant et chaotique de son pays d’origine fait la remarque suivante:
” La gouvernance acceptable est censée indiquer la composition harmonieuse entre les membres d’un gouvernement. Ils se doivent de coordonner pour mener à terme des applications bénéfiques pour les gens. Néanmoins, si un ministre déclare être empêché de réaliser ses objectifs par des prises politiques particulières, il est supposé rester conséquent à sa conscience et à une fonction empêchée. Il se doit alors de démissionner. ”

Néanmoins ces commentaires, la correspondance à des scénarios opportuns et pré-établis fait partie intégrante des justificatifs prévus et couramment répétés de certains responsables. Un ministre veut ce qu’il fait et l”échec détermine uniquement la non correspondance d’un autre. Les mauvaises gérances sont toujours reconnues mais restent immuables à presque tous les niveaux de l’Etat. Les négligences et les faillites ruinent le citoyen. Il peut attendre ou crever de faim avant de recevoir la bonne adresse d’une formalité ou d’une réponse cohérente !

Le libanais tout terrain a compris très tard que le manque drastique de citoyenneté l’a conduit à devenir le dindon d’une méchante farce.
Là où les divers langages entre les tendances politiques du pays expriment la stérilité des mots ou l’illogisme.  Ainsi, aucun acte de gratuité au service du citoyen ne se décide encore. Les espaces de concertations sont largement incompatibles avec l’humilité du service immédiat et les politiciens présents semblent ne plus représentrer que des  cogitations et leurs milieux. Les méfiances de beaucoup de personnes ne les prêtent plus à se préoccuper des orchestrations de surfaces, des feux rouges alarmants ou des perspectives à venir car celà ne sert “qu’à sauver certains personnages en ultimes recours” .

Les profonds sentiments de révolte et de dégoût ont atteint chez  beaucoup de gens, un point de non retour vis à vis d’une citoyenneté silencieuse ou complice. Les résultats d’un pouvoir prometteur ne concordent ni à la réalité dramatique des libanais ni à un consensus à portée strictement nationale et fonctionnelle. 

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

1 COMMENTAIRE

  1. Le consensus est le rejet de toute ingérence.
    Le rejet d’être sympathisant à une politique l’oligarchie.
    Le rejet altruiste de se porter garant d’une institution.
    Entre chaos et patrie, les gens choisissent de s’instruire, non pour détruire, mais pour s’exprimer ensemble sans convictions partisanes.

Les commentaires sont fermés