Face à la recrudescence importante du nombre de cas, le ministère de la santé détaillé certaines mesures qui pourraient être prises pour contrer l’épidémie.

Le ministre de la santé s’exprimait suite à une réunion du comité scientifique de la lutte contre le coronavirus COVID19.

Ainsi, le comité rappelle que des précautions doivent être mises en place notamment dans le secteur du ramassage des ordures mais aussi au sein du secteur hospitalier.

En raison du non respect par les expatriés revenus au Liban des mesures de mobilisation générale et notamment “leur participation à des événements sociaux avant la publication du résultat de l’examen PCR” qui a amené à une forte augmentation du nombre de personnes contaminées dans certaines régions, le ministère de la santé envisagerait de faire hospitaliser les personnes contaminées symptomatiques au sein des établissements publics.

Par ailleurs, les expatriés asymtomatiques pourraient devoir être mis en quarantaine au sein de structures publiques.

À cet effet, le ministre de la santé Hamad Hassan indique qu’il existe deux centres de quarantaine accrédités à Wardihe et Nabatiyeh, ainsi qu’un centre de l’UNRWA à Sibline.

Il s’agit pour l’heure également de poursuivre la campagne de tests PCR qui se déroule à chaque arrivée à l’aéroport international de Beyrouth. Le taux des personnes infectées ne dépasse pas les 5%, précise le ministre.

Concernant les examens officiels, le ministre souligne hier qu’une décision conjointe de reporter les examens qui a été pris hier avec le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur Tariq Al-Majzoub et le président de l’Université libanaise, le professeur Fouad Ayoub, en consultation avec le Premier ministre Hassan Diab. Il ne s’agit cependant pas de perdre l’année académique.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.