Le Ministre de l'Agriculture à l'origine du Plan, Akram Chéhayeb. Crédit Photo NNA
Le Ministre de l’Agriculture à l’origine du Plan, Akram Chéhayeb. Crédit Photo NNA

C’est un véritable forcing des autorités libanaises pour faire accepter le plan Chehayeb aujourd’hui, que le Ministre de l’Agriculture décrit comme étant « le plan de la dernière chance » pour résoudre la crise des ordures par laquelle le Liban passe depuis la fermeture de la décharge de Naameh, au sud de la capitale, Beyrouth, le 17 juillet dernier.

Les Autorités montent au Front pour faire accepter le Plan Chehayeb

Le Premier Ministre Libanais Tamam Salam a salué les demandes des activistes anti ordures tout en mettant en garde contre des tentative de créer une situation insurrectionnelle au pays des Cèdres, garantissant le droit à manifester notamment à l’encontre de la mauvaise gestion des administrations publiques et la corruption.

Il a mis en garde les contestataires du plan Chéhayeb contre une instrumentalisation par des partis politiques. Il a part ailleurs dénoncé la paralysie des institutions politiques, Présidence, Gouvernement et Parlement, estimant par ailleurs que tous les partis sont responsables de la crise que traverse le Liban en raison de leurs différents et leurs intérêts divergents.

Le Président de la Chambre Nabih Berry a apporté son soutien à la mise en oeuvre de ce plan, « par tous les moyens possibles » estimant que le Pays des Cèdres est également « une décharge politique », désignant ainsi les partis qui y sont opposés.

Autre soutien à la mise en place du plan Chéhayeb, le député druze Walid Joumblatt, qui le décrit comme seule solution pratique dans les colonnes du journal As Safir avant de dénoncer les activistes issus de la société civile. Le parlementaire s’en est également pris aux manifestations « contreproductives » selon lui.

Akram Chehayeb prêt à dialoguer et à coopérer avec les représentants de la Société Civile

Au cours d’une réunion d’une Commission Parlementaire consacrée aux problèmes environnementaux, le Ministre de l’Agriculture à l’origine de ce plan a indiqué être prêt à prendre en compte les remarques et les objections environnementales et techniques tant des représentants de la société civile que des spécialistes de la question, seule manière selon lui à garantir un partenariat permettant la réussite de sa mise en oeuvre.

Akram Chéhayeb a également salué l’action populaire qui a obligé à la mise en place de ce plan estimant cependant normal les inquiétudes des riverains des futures décharges normalement temporaires et qui pourraient être définitives.

Il passera aux actes ce lundi en recevant les activités du collectif Eco Movement et un autre mouvement ce mardi. La réunion a été qualifiée de positive.

Pour rappel, le plan Chéhayeb consiste à la réouverture des décharges de Naameh pour une semaine et Bourj Hammoud pour une année, alors que de nouvelles déchetteries, l’une à Srar au Akkar et l’autre à Masnaa dans la Békaa devraient être aménagées.

A l’annonce de ce plan, les riverains de ces zones d’implantation des ordures ont manifesté.

Le Ministre des Travaux Public également inquiet par l’amoncellement des ordures sur les routes

Largement critiqué l’année dernière suite à la fermeture de différentes axes routiers vitaux au Liban en raison des inondations suite aux premières pluies, le Ministre des Travaux Public Ghazi Zoaiter a pris les devants cette année et appelé les municipalités à retirer les ordures présentes sur les bas-cotés des routes et qui pourraient empêcher le bon écoulement.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.