Malaises de coexistence.

Du contexte régional jusqu’au Liban, la guerre  contre le terrorisme s’accélère. L’avenir de la région se fond encore plus à la verticalité des rapports diplomatiques et aux perspectives militaires des grandes puissances afin de prémunir la sécurité de la communauté internationale et ses intérêts géostratégiques au Moyen Orient. Il souffre de cette étrange forme de démocratisation qui lui procure les assurances sécuritaires à haut prix et la stricte convenance aux pourvoyeurs d’un équilibre précaire. Là où prévaut certes des coexistences millénaires mais qui  perdent aujourd’hui de précieuses valeurs humaines de miséricorde et de compassion au profit de maléfiques intolérances.

L’éducation intégrative à la citoyenneté est une proposition singulière, un chantier de vécus à tous les niveaux de notre société afin de, sauver, initier, favoriser et conduire l’exceptionnel potentiel du libanais au droit de vivre sa cohérence et la conséquence de ses actes. C’est par l’exercice de la citoyenneté qu’il pourra enfin sécuriser la diversité non conflictuelle et constructive sa nation.
Celle qui indique autant la connaissance que l’exercice des droits et des obligations et qui faire transparaître sans controverse les comportements abusifs de tout faux responsable et les graves corruptions commis au nom du citoyen.

L’essentiel de ce modeste projet national est de pratiquer en commun et tous les jours des comportements utiles qui servent sans distinction des engagements proprement démocratiques. Cependant c’est une dimension progressive que dénigrent des politiques traditionnelles et d’autres politiques dites novatrices. Elles préfèrent le floue sur les moyens d’atteindre « le but commun » des gens quoique très soucieuses des objectifs multiples et des promesses séduisantes.

La société civile ne s’agite pas mais dérange des politiques embarrassées ou dépassées par le réveil structuré de tant de libanais qui ne tolèrent plus désormais que des pensées et des verbes qui mènent à des moyens fonctionnels au quotidien.Ainsi, un immense chantier consacré à  la place des vécus humains peut raviver le sens de nos espérances par la participation de chacun au changement. Il s’adresse d’abord aux parents, à l’enfant, à la famille et aux membres du corps éducatif afin que la response-ability de l’adulte au quotidien devient indissociable de son rôle  de citoyen. Il permet alors de transmettre à tout autre que l’identité nationale d’une liberté interactive ne peut être que respectueuse et non cloîtrée, et à tout pratiquant que le choix humain face à Dieu est d’abord intime et loin de tout conflit!

Joe Acoury.

The following two tabs change content below.
Psychothérapeute Spécialisé en gestalt thérapie, Consultant et Formateur.

Derniers articles parJoe Acoury (voir tous)