Hollywood à cours d’imagination ? La préstation de l’ambassadrice américaine auprès des Nations Unies, Nikki Haley, le jeudi 14 Décembre laisse comme une amère imprésssion de déjà-vu : Le scénario, le discours, le procureur, l’acte d’accusation fondé sur des preuves tout aussi « irréfutables » autant d’élements, presques identitques, qui rendent inévitable le rapporchements avec le discours tristemment célèbre de Collin Powell en février 2003 lors duquel l’administration US avait impunément trompé le monde entier.

Cette conférence de presse intervient le jour même où l’ONU doit présenter un rapport sur l’application de la résolution 2231 des Nations unies qui englobe l’accord nucléaire et interdit à l’Iran toute vente de missile balistique pendant cinq ans. Un accord dont l’adminstration Trump a fait sa bête noir et qu’elle s’évertue de dénoncer et de remetrre en question par tous les moyens. Depuis lors, la politique étrangère américaine s’obstine à parler de l’Iran au lieu de chercher à parler avec l’Iran.

Revisitant certaines des conclusions de ce rapport et devant des restes de missiles – qui auraient été trouvés, on ne sait où ni quand, par les Emirats Arabes Unis et les Saoudiens et « prêtés » aux Etats Unis – Nikki Haley expose la « preuve que l’Iran a fabriqué le missile tiré sur l’Arabie saoudite. », un missile de Type Qiam pour être encore plus précis.

« [Ce missile] a été fabriqué en Iran avant d’être envoyé à des rebelles Houthis au Yémen », a-t-elle expliqué avant d’ajouter : « Il a ensuite été tiré vers un aéroport civil, et aurait pu tuer des centaines de civils innocents en Arabie saoudite ».

Cependant l’ONU ne dit rien de tel. son rapport indique que les débris et  les missiles Qiam « avaient des caractéristiques structurelles et des caractérisitiques de fabrication similaires ». De plus, il n’a pas été en mesure d’identifier le fournisseur des missiles ou les intérmediaires éventuels, affirmant qu’il n’avait « pas encore de preuves quant à l’idnetité du courtier ou du fournisseur des missiles » et que les similitudes constatées ne prouvent pas à elles seules l’origine des missiles.

L’ambassadrice a tout simplement déformé les conclusions du dit rapport afin d’accabler l’Iran, de chercher un nouveau pretexte pour fragiliser l’accord sur le nucléaire et d’imposer davantage de sanctions à l’Iran. Elle a aussi omis de relever que le groupe d’experts de l’ONU a également découvert  sur ces missiles balistiques des élements fabriqués aux Etats-Unis.

Le missile a été fabriqué en Iran : La belle affaire que voilà, une révélation inédite!  Il est notoire que l’Iran possède une industrie performante et sophistiquée d’armement, qu’elle produit tout type d’armement dont des missiles à courte, moyenne et longue portée. D’ailleurs les Etats Unis les accusent d’être sur le point d’accéder à l’arme nucléaire.

Quand au missile iranien Qiam, il s’agit en effet d’un missile balistique de courte portée conçu et construit par l’Iran, développé à partir du Shabab 2 iranien qui est une version sous licence du Hwasong 6 nord-coréen. L’ensemble de ces missiles sont des déclinaisons du missile Scud C de fabriquation soviétique. Il existe plusieurs variantes des missiles Scud (A,B,C) qui ont été produits dans nombre de pays et qui ont été adaptés et modifiés. Cependant, ils présentent tous des caractéristiques communs.

Du reste, L’armée yéménite possède depuis longtemps des  Scud qui ont été utilizes lors des conflits entre le nord et le sud du Yémen. Elle possède également des missiles Hwasong 5 nord-coréens et probablement aussi des missiles Hwasong 6.

S’il s’avéré que l’Iran arme les Houthis, il s’agirait là d’une politique regrettable que l’Iran devrait reconsidérer. Tous les pays qui armes les factions Yémenites devraient cesser de le faire, l’Iran n’est pas une exception. Par contre, l’implication des Etats-Unis, leur apport et soutien militaire, logistique et en renseignements est officiel et ne nécessite ni preuves ni enquête.

Est-il besoin de rappeler à l’administration américaine que la grande majorité des bombes et des missiles qui se déversent sur le Yémen – tuant les populations civils,n’épargnant ni femmes ni enfants, détruisant indistinctement écoles, hôpitaux, aéroports, services publics et infrastructures – sont de fabrication américaine ?

Que ces armes, ainsi que les canons, les chars et les avions qui les tirent, sont directement vendus et fournies par les Etats Unis ? Que si les quelques rares missiles qui se sont abattus sur l’Arabie Saoudite, qui rappelons-nous mène une guerre sans merci au Yémen, n’ont fait aucune victimes, des milliers de civils innocents sont morts au Yémen sous le feu de ces armes

Est-il besoin de rappeler le nombre d’armes, de missiles, de mines qui tuent quotidiennement à travers le monde et qui sont produites et vendues par les Etats-Unis à tous types de régimes politiques dont des dictatures sanguinaires ? Qu’une partie des armes qui se sont retrouvés entre les mains d’Al Qaïda et de Daesh sont américaines et ont été fournis par des alliés régionaux des Etats-Unis ?

Qu’Israël bénéficie d’armements américains derniers cris, parmi les plus sophistiqués d’autant plus qu’il les reçoit gratuitement à titre d’aides et de dons?

Madame Halley a poussé la chansonnette en pointant « les activités déstabilisantes de l’Iran au Moyen-Orient et ailleurs dans le monde » que ces missiles auraient même pu s’abattre sur Paris …. « Ceci n’est pas seulement une question d’accord nucléaire. C’est tout ce qu’ils font d’autre. L’Iran pense qu’il a tous les droits».

Ses propos surviennent deux jours après une interview sur CNN au cours de laquelle elle a affirmé que le combat commun contre l’Iran était bien plus important pour les alliés des Américains dans la région que l’état critique des Palestiniens et la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël.

En effet, il n’appartient qu’aux Etats-Unis d’avoir tous les droits et notamment d’octroyer à certains pays le droit d’avoir tous les droits notamment celui de violer impunément les résolutions internationales mais aussi les droits humains fondamentaux.