Vous vous souvenez de la polémique suite aux propos du Patriarche Maronite Béchara Rahi au Président de la République Française Nicolas Sarkozy, faisant état d’une certaine inquiétude suite à une possible arrivée au pouvoir des Frères
Musulmans en cas de chute du régime actuel syrien?

« si le régime politique change en Syrie, et les sunnites domineront le pouvoir alors ils seront en alliance avec les sunnites au Liban, ce qui conduira à l’aggravation de la crise entre les sunnites et les chiites ».

Cette polémique avait provoqué un tollé des milieux de l’ancienne majorité et notamment du Courant du Futur accusant le prélat maronite d’inciter à la haine sectaire. Ses propos avaient provoqué également l’ire de pays occidentaux dont la France voir même de l’administration américaine qui souhaite reporter le voyage de Béchara Boutros Rahi aux USA en guise de punition. Aujourd’hui même, alors que l’ambassadeur de France Denis Pietton avait exprimé le regret que le patriarche maronite ait exprimé ses mots et indiqué vouloir se rendre à Bkerké pour obtenir une explication, Béchara Boutros Rahi a fait part de son exigence de voir le diplomate s’excuser publiquement, il doit y avoir la un nouveau développement dont on n’a toujours pas connaissance.

Cependant, certaines sources bien informées indiquent que les paroles du patriarche maronite interviennent dans un certain contexte que peu de sources ont relayées, ce dernier ayant demandé au Président Français d’intervenir contre une possible implantation des réfugiés palestiniens au Liban, alors que l’autorité palestinienne demandera prochainement la reconnaissance de leur état auprès de l’ONU. Nicolas Sarkozy aurait alors demandé au prélat maronite de faciliter l’implantation palestinienne au Liban, poursuivant que la France protège actuellement non pas des populations ou des communautés mais des personnes -sous-entendant Saad Hariri peut-être ou ses alliés?.

Cette situation explique l’argumentation développée par les autorités maronites faisant état de propos sortis de leur contexte et nous éclaire d’un jour nouveau par rapport aux enjeux actuels en cours dans la région. Il s’agit, ni plus ni moins, que d’une mise à jour du plan Kissinger, faisant craindre même à certaines personnes, un possible conflit local ou même régional d’ici la fin de l’année.

Article précédentYasser Arafat, Mister Palestine for ever
Article suivantOrages dans le Levant
Nos Lecteurs sont également les auteurs de ce site. Vous pouvez soumettre votre tribune libre, vos réactions ou analyses en rapport avec les évènements actuels, en envoyant un courriel à [email protected] Une fois accepté par l’équipe Libnanews, votre texte sera publié dans la rubrique opinion ou dans les catégories appropriées. N’oubliez cependant pas les règles élémentaires de la courtoisie et veuillez respecter les règles et les usages de la Langue Française. Nous ne sommes toutefois pas responsables des opinions ou du contenu soumis par Nos Lecteurs.