Il habitait une belle maison avec une vue paisible sur les rides du Nil. Elles ont teinté l’enfance de ce jeune violoniste, mélomane et bouillonnant de vie. La splendeur d’Alexandrie de jour comme de nuit va imprégner l’apprentissage scolaire de l’interne à l’école St Marc. Le contexte social nourrit d’étrangers européens résonnait de notes variées , venues de l’Occident. La prière du Muezzin donnait le ton de l’islam aux croyants et à ceux touchés par sa belle voix. Les saveurs du foul égyptien et de la poutarque ont façonné le palais, d’alchimies subtiles. La convivialité de la fève pressée et du doux caviar faisait partie intégrante du partage des arômes goûtés entre amis. Ses cousins les lui refilaient en bâtons enroulés d’une lettre bourrée de ces folles anecdotes de l’Égypte de Farouk.

Les prénoms suffisaient pour entamer des rencontres, créer des liens, des amitiés et des amours. Ses origines issues de la famille du Prophète Muhammad l’on fièrement et spontanément conduit vers l’amour de Dieu sans    jamais arrêter ses fréquentations aux particularités de sa religion.

Un Chrétien, certes, mais résolu à servir les hommes et les cœurs pour que rayonnent en eux la liberté et l’unicité intime des convictions autant civiles que religieuses. L’amour de la différence des cultures a construit ses affections pour les cultures, les arts, l’histoire des civilisations et les religions.

A 11 ans, il me recommande de découvrir l’histoire de mon village d’origine, Acoura et la grande famille dont sont issus mes ancêtres maronites de la montagne. Au même âge, lors de mon passage à côté de la mosquée El Omari je lui pose une question dont la réponse marquera le tournant décisif vers une spiritualité conciliatrice de la liberté de prier: « Est ce que je peux prier à la mosquée?  » Il m’a répondu d’une phrase majestueuse de modestie:  » Mon fils tu le peux. Tu te déchaussera à l’entrée et tu pourra ensuite prier Dieu de tout ton cœur ».

Cet homme était mon père, mon meilleur ami et un cardiologue de qualité pour les cœurs de toute coexistence vécue.

Joe Henry Acoury.