Un meurtre a été commis. Sans aucun doute : un homicide! Tout le monde en parle, tous en ont entendu parler et les histoires s’entassent. On prétend qu’une femme a été tuée par un homme d’une froideur d’esprits sans précédent. On parle d’une scène de crime abominable, fantastique. On décrit la victime toute nue, au sol, plongeant dans un excès de sang, le visage vers le plafond.

Les fameux narrateurs commencent aussitôt à écrire (on parle ici de tout ces « faux témoins » qui racontent la scène du crime comme s’ils y auraient assisté de la première loge).

Ainsi, 5 minutes plus tard on se trouve entourer de récits et on se transforme en écouteurs passifs qui ne font qu’accepter les informations qu’ils reçoivent. Mais pour une fois, prenons un peu de recul sur ces récits et pensons…Pensez ! Utilisez cette conscience dont on se vent tous pour savoir juger. On nous apprend que la conscience nous différencie des animaux et on ne fait que répéter cette phrase sans lui donner un sens. Cette expression n’a pas de sens aujourd’hui dans cette vie. Une vie dans laquelle l’Homme n’est qu’objet face à une société qui le manipule.

Cette femme qui mourut ? Je l’ai vu donner fin a sa vie. C’est moi le vrai témoin mais vous n’en savez rien. Vous donner vos propres présomptions sans preuves ni même aucune recherche de ce qui soutiendrai vos dire. Et le pire, vos spectateurs qui vous applaudissent.

De mes propres yeux je l’ai vue : faisant le signe de la croix, regardant les cieux, et d’un coup de couteau, elle tomba brusquement au sol. Je l’ai même vue écrire sa lettre d’adieux, elle l’a mise sur la console de sa chambre à coucher mais vous vous en foutez, vous ! Vous ne voulez qu’un scoop, qu’une histoire à raconter et, ce que vous faites de mieux, accuser des gens a tord. Vous travailler diligemment à tordre l’esprit de tous, au point que vos nouvelles creusent dans les cerveaux de tous une version falsifiée des faits qui leur semble être la vérité. Laisser faire les choses.

Cette femme qui meurt a une histoire à raconter. Une histoire triste, forte en émotions et qui pourrai beaucoup nous apprendre. Mais il faut que vous appreniez de sortir hors de votre égoïsme qui vous noie, et commencer à visualiser la vie en trois dimensions, donnant son importance à tout incident, a tout Homme.

Cette société narratrice est, malheureusement notre société libanaise d’aujourd’hui. Il y’en a marre que des innocents s’accusent a tord juste parce que des mafias sociales jugent qu’il est mieux de les blamer pour rapidement détourner le regard de la masse loin des vrais suspects, loin de la vérité et de la justice sociale et humaine.

Rif Klaimi

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Avatar
Nos Lecteurs sont également les auteurs de ce site. Vous pouvez soumettre votre tribune libre, vos réactions ou analyses en rapport avec les évènements actuels, en envoyant un courriel à [email protected] Une fois accepté par l’équipe Libnanews, votre texte sera publié dans la rubrique opinion ou dans les catégories appropriées. N’oubliez cependant pas les règles élémentaires de la courtoisie et veuillez respecter les règles et les usages de la Langue Française. Nous ne sommes toutefois pas responsables des opinions ou du contenu soumis par Nos Lecteurs.

1 COMMENTAIRE

Les commentaires sont fermés