Moins d'une minute de lecture

Les Nations Unies indiquent que le dernier bilan de l’explosion du port de Beyrouth, bilan toujours provisoire, ferait état de 178 morts, de 30 personnes toujours portées disparu et plus de 6000 blessés.

Pour rappel, hier, plusieurs corps ont été trouvés, notamment dans la zone du port de Beyrouth dévasté par l’explosion du 4 août 2020.

Toujours selon le rapport des Nations unies, six hôpitaux auraient été totalement ou partiellement endommagés ainsi que 20 cliniques. Dans un rayon de 15 km autour de l’explosion, des 55 centres médicaux présents sur cette zone, seulement la moitié serait totalement opérationnelle. 40 % d’entre eux aurait été endommagés et nécessitent un travail de réhabilitation.

Également, 120 écoles environ auraient été endommagées. Ces dernières scolarisent 50 000 élèves.

50 000 habitations ont été endommagées dont 1000 sévèrement. 55 % des habitations sont louées, ce qui pourrait amener les propriétaires à connaître certaines difficultés économiques pour les reconstruire ou les réhabiliter. Les résidents seraient donc dans l’obligation de déménager.

Pour l’heure, aucune pénurie alimentaire n’est prévue, le port de Beirut pourrait continuer à fonctionner à 30 % de ses capacités alors que le port de Tripoli ne se trouvait qu’à 40 % de ses capacités avant l’explosion. Il pourrait donc être amené à jouer un rôle plus important à court terme.

Cependant, l’inquiétude monte quant à l’épidémie du coronavirus COVID-19 au Liban, après que les mesures de distanciation ne soient plus respectées et surtout l’urgence aux victimes a induit un nombre importante les contaminations, note l’ONU.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français