Pomme de Cèdre du Liban. Crédit Photo: François el Bacha pour Libnanews.com. Tous droits réservés.

Je ne fréquente guère mon voisin chiite, il paraît que les chiites sont venus d’Iran ou d’Irak et ont occupé illégalement la banlieue sud de Beyrouth, le sud Liban et la Bekaa. Je n’ai pas de sympathie pour mon garagiste, il fait partie des sunnites, ces tribus venus d’Arabie au 17ème siècle pour porter main forte au sultan Otman de l’époque. Je me méfie de mon médecin chrétien maronite. On m’a dit que les maronites ne sont pas libanais, mais des immigrés syriens venus s’installer au Liban au 18ème siècle pour servir les catholiques libanais, ces descendants des croisés au passé peu glorieux. je n’apprécie pas ma voisine chrétienne orthodoxe, elle est comme tous ses coreligionnaires, plus attachée à la Russie et à la Grèce, plutôt qu’au Liban. Quant à ma charcutière druze, elle n’a de yeux que pour l’Inde et tout ce qui touche à la réincarnation. Et enfin, Je n’ai aucun contact avec des arméniens, des palestiniens ou des kurdes, tous descendants des migrants qui ont fini par s’installer chez nous, certains furent naturalisés, d’autres pas, l’appartenance religieuse fut déterminante.

À part ces petits détails, je suis tolérant. J’adore Gandhi, Che Guevara, Freud, Gibran Khalil Gibran, le taboulé, les ragoûts. et les séries turques sur Netflix. Mon hobby est de gagner de l’argent, partout les moyens pour pouvoir acheter mes habits de marque Dior ou Saint Laurent, mes voitures Porsche ou BMW et mes lunettes Pradao ou Dolce Gabbana. Je suis de temps en temps écologique ou révolutionnaire, mais je reste très ouvert d’esprit, je parle le français, l’anglais et un peu ma langue maternelle, l’arabe. Concernant la crise du Liban, je suis convaincu que le problème vient de notre manque de respect et de tolérance les uns envers les autres, de notre façon d’être, de notre dévouement à nos seigneurs politiciens ou religieux, de notre appétence pour notre sport national, la corruption et enfin de notre ego surdimensionné.

Mais malgré tout, j’ai confiance que le Liban survivra à tous ses malheurs, un cèdre millénaire saura résister aux aléas du temps.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն

Sami GHADDAR, Franco-libanais, architecte, professeur d'université et auteur de plusieurs romans(Graines et Zèle, passé composé, Tourbillon, Habib président,....)

2 COMMENTAIRES

  1. un cèdre millénaire saura résister aux aléas du temps.
    Oh vous savez Sami, un cèdre pourri ç’est un cèdre pourri, ça meurt vite fait bien fait comme vous et votre civilisation de merde à laquelle vous assistez à l’assassinat et au kidnapping avec des sourires béats de crétins satisfaits ! Bravo ! Gardez le sourire et ce bel esprit béat de crétin cher Sami pendant que vous vous faites collectivement assassiner ç’est bien

  2. Voilà un subtil bouquet façon ikebana où prolifèrent bonzaïs de toutes origines ! Ficelée par la charcutière folle d’Inde cette composition ne relève pourtant pas d’un amour vache envers des concitoyens, mais comme d’un savant mélange de mots et expressions pour relever leurs salades. C’est comme du tout prêt à déguster.

    P.S.
    On relèvera aussi, pour la bonne forme, deux “couacs” échappés aux doigts sur le clavier : “porter main forte” au lieu de prêter main-forte, et “partout les moyens” au lieu de par tous les moyens.

Les commentaires sont fermés