12985429_10209213445599933_1816452548202486977_n

Le divorce est un fléau très répandu de nos jours et si je puis dire à travers tous les siècles et dans tous les pays. Très peu de couples y échappent. Pour un oui ou pour un non, les conjoints trouvent la solution la plus facile : divorcer. Je vais évoquer les causes de la rupture du contrat de mariage sans trop m’y attarder puis étudier les répercussions de cette désunion sur les enfants.

Les causes du divorce sont nombreuses. Je vais en retenir les plus courantes. L’une des causes la plus frappante est la tromperie : l’homme cache, par exemple, à sa partenaire, avant le mariage, son incapacité d’avoir des relations sexuelles normales ou encore la future mariée cache à son homme qu’elle a perdu sa virginité. Dans le cas de la virginité, les jeunes de nos jours y font peu cas. Je leur donne raison parce que la liberté sexuelle ne connait pas de limites. Mais dans certaines sociétés conservatrices, le fait que la fille soit restée vierge jusqu’au mariage est primordial.

L’infidélité pourrait être une autre cause de divorce. Cependant dans certains pays, le couple, pour pimenter sa vie sexuelle, trouve bon de fréquenter des clubs échangistes où la pratique de l’échange de partenaires sexuels entre deux ou plusieurs couples se fait avec le consentement de tous les présents. Ce n’est pas tout le monde qui accepterait cette situation insolite. Mais elle existe quand même.

La violence exercée sur la femme est une autre cause de divorce. Le manque de communication dans le couple crée des malentendus qui le plus souvent tournent mal. Pour noyer ses chagrins ou pour cacher ses déboires financiers ou encore pour des raisons plus ou moins futiles, l’homme trouve bon de s’en prendre à sa femme. Il croit qu’en agissant de cette façon, il ne se verra pas obliger de rendre des comptes à son épouse. Et j’en passe…

Quelles sont les répercussions du divorce sur les enfants ? Pour les rendre minimes, il faudrait d’abord que les enfants ne soient pas objets de litige. Certains couples vont devant les tribunaux pour les départager concernant la garde des enfants. D’autres couples dont les partenaires sont de nationalités différentes recourent à l’enlèvement des enfants pour les avoir de leurs côtés malgré la décision des tribunaux. Ces agissements portent atteinte à l’équilibre psychique des enfants.

Il faudrait au contraire faire comprendre aux enfants qu’ils ne sont pas la cause de la mésentente entre leurs parents. Ils ne doivent pas leur faire sentir qu’ils sont obligés de prendre le parti du papa ou de la maman. Ce serait les mettre devant un choix difficile. Ils ne veulent fâcher ni papa ni maman. A leur âge, cette situation les marquera pour le restant de leur vie.

Pour atténuer les conséquences du divorce sur les enfants, il faudrait que leurs parents, en instance de divorce, leur manifestent beaucoup d’amour pour leur faire comprendre qu’ils n’y sont pour rien dans leur désunion. Les parents doivent se mettre à la disposition de leurs enfants. Ils doivent leur faire comprendre qu’ils seront toujours prêts à les aider ou à leur rendre visite bien que papa et maman ne vivent plus sous le même toit.

Les enfants ont surtout besoin d’amour non pas de haine. Les divorcés ne sont pas obligés de se détester ni de faire passer leur éventuelle haine sur les enfants. Ils peuvent se séparer et garder des relations plus ou moins normales entre eux. C’est pourquoi il faudrait éviter que les divorcés disent du mal l’un sur l’autre. Cela aura un effet contraire à ce qui est recherché. Au lieu que les enfants aiment l’un des divorcés et détestent l’autre, ils vont détester leurs parents pour la simple raison qu’ils ne comprennent pas pourquoi ceux-ci agissent de la sorte. Il faut laisser aux enfants le soin de découvrir d’eux-mêmes sur qui retombent les causes du divorce. Est-ce la faute de papa ou celle de maman ? Est-ce la faute des deux ?

Les enfants du divorce sont-ils des enfants à problèmes ? A l’école on fait comprendre aux enseignants que s’ils sont turbulents ou s’ils n’ont pas de bons résultats c’est parce que leurs parents sont divorcés ou en instance de divorce. Au lieu d’essayer de les faire sortir de cet état maladif avec l’aide d’un psychiatre, les responsables des établissements scolaires les laissent faire et participent sans le vouloir ni le savoir à leur déperdition.

Y a-t- des enfants qui pourraient ne pas être influencés par le divorce de leurs parents? Oui mais ça dépend au moins de deux facteurs. Plus les enfants sont âgés au moment du divorce plus ils comprennent leurs parents. Le deuxième facteur serait en rapport avec le sexe des enfants. Une fille serait plus affectée que son frère par la séparation de ses parents parce qu’elle est plus sensible et qu’elle a besoin de plus d’affection de la part de ses parents. Cela ne veut pas dire que le garçon n’a pas besoin des mêmes soins que sa sœur. Il en a besoin mais dans une moindre mesure.

Divorcer ? Pourquoi pas quand la vie du couple devient un enfer ? Ne serait-il pas préférable de se séparer à l’amiable et de garder intacte l’estime des enfants pour leurs parents au lieu de les faire vivre dans des disputes interminables et des violences sauvages ? Les divorcés doivent faire preuve de responsabilités vis-à-vis de leurs enfants. Ce n’est pas la faute des enfants si papa et maman ne veulent plus vivre ensemble.