L’indépendance du Liban peine à  subsister quand la norme se mesure non pas à l’ordinaire application des lois et du droit mais aux perplexités des versions politiques, aux contradictions des uns, aux abus de bien d’autres, aux rapports autoproclamés de quelques uns, aux corruptions tacites et aux projets de partages des bénéfices de la nation!

Néanmoins, le résultat du lien entre la gouvernance et la réalité du citoyen demeure opportun, improvisé et distant de toute rigueur démocratique, du suivi, de la défense du libre choix responsable, du recours à la transparence systématique et du devoir de considérer la fonction publique pour servir tout citoyen! Il demeure encore l’otage de l’action boîteuse, du brouhaha officiel  pour faire au lieu de parler, de l’insuffisance d’une nouvelle loi électorale, du renouvellement des postes et des privilèges qui en découlent. .

Il nous appartient pourtant d’éloigner la coexistence craintive et de sortir de la stagnation des héritages imposés.
Pour mériter aujourd’hui la confiance des gens on ne peut se suffire d’un pouvoir autoreprésentatif qui fait prévaloir les constats du travail circonstanciel et l’effort pour des résultats souvent remis en cause.

Libanais, ne soyons plus menacé de disparaître car celà nécessite d’abord d’exister vraiment ensemble, de connaître franchement nos différends, de regarder en face nos lâchetés, de passer outre les réserves et d’apprendre à grandir de nos erreures.

La guerre civile demeure sournoisement, après 42 ans entre nos diverses composantes. Elle se caractérise par les armes de la méfiance totale,  l’exploitation maximale des situations -mêmes pourries- au profit de chaque partie et les réseaux de corruptions hautement sophistiqués qui dénoncent des victimes pour protéger de vieux routiers. Eux perdurent lorsque la confiance se résume à un acte incomplet mais exceptionnel et quand l’honnêteté ponctuelle rapporte des voix.

Cependant, une nouvelle génération progresse avec des dispositifs pré-électoraux fonctionnels et novateurs. Elle rappelle à ceux parmi nous qui demeurent démissionnaires ou résignés que le nouveau Liban est possible car il  peut revivre autrement à travers eux!

Son chantier continu est entrepris par de courageuses personnes. Elles prennent le temps qu’il faut pour informer, instruire et fonder la pratique non conflictuelle de l’indispensable citoyenneté. La vision est à court, moyen et long terme. Elle se caractérise par le franc-parler respectueux et direct, la présentation des projets nécessaires,  accessibles et faisables et les délais
cohérents pour chaque étape où la participation du libanais est ouverte pour agir selon des choix rassembleurs, ses droits et ses obligations.

A la jeunesse d’esprit et à son avant garde fonctionnelle dans tous les domaines, humain, éducatif, socio-économique, énergétique, environnemental etc.. d’initier des électeurs à choisir des élus qui privilégient le secours à notre superbe nature et la dynamique d’une citoyenneté efficace pour nos diverses composantes.