Le Liban se réveille aujourd’hui avec une triste nouvelle, celle du décès du directeur du Conservatoire national supérieur de musique du Liban (CNSML) Bassam Saba, des suites du Covid-19.

Ayant contracté ce virus au début du mois de novembre, Saba a lutté douloureusement contre ce fléau pendant tout un mois, et a fini par rendre l’âme ce vendredi.

Bassam Saba, qui a cofondé et dirigé l’Orchestre Arabe de New York a quitté sa carrière à succès dans le pays de l’Oncle Sam en 2019, afin de revenir vers sa terre natale pour diriger le CNSML.  
Saba est un musicien de renommée internationale, une figure de taille de la musique orientale. Né en 1959, il a grandi au sein d’une famille d’artistes, musiciens et peintres. Fils d’Antoun Saba, un multi instrumentaliste, il a baigné dans un univers où le Beau prévaut, parmi ses frères, Elia également musicien, et le très regretté peintre Andrea Saba.

Le nay, le oud et le violon, qu’il a appris jeune au CNSML – fortement influencé par la musique de son père, de son frère Elia, et de sa cousine la pianiste et enseignante Marie Sfeir – n’ont aucun secret pour lui. Il a obtenu par la suite une licence en musique classique occidentale du Conservatoire Municipal des Gobelins à Paris, et un master en flûte traversière et en Éducation musicale de l’Institut musical et pédagogique Gnessin de Moscou.

Il a également effectué plusieurs tournées musicales en Orient et en Occident avec notre Diva Feyrouz, ainsi qu’avec Ziad Rahbani, Marcel Khalife et Simon Chahine.

Avec le départ d’une telle sommité musicale libano-americaine, touchée par ce mal du XXIème, on ne cesserait de marteler qu’il est plus que nécessaire de ne point dédaigner ce virus qui ne fait qu’ôter la vie à des êtres chers.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English العربية Deutsch Español Հայերեն

Marie-Josée Rizkallah est une artiste libanaise originaire de Deir-el-Qamar. Versée dans le domaine de l’écriture depuis l’enfance, elle est l’auteur de trois recueils de poèmes et possède des écrits dans plusieurs ouvrages collectifs ainsi que dans la presse nationale et internationale. Écrivain bénévole sur le média citoyen Libnanews depuis 2006, dont elle est également cofondatrice, profondément engagée dans la sauvegarde du patrimoine libanais et dans la promotion de l'identité et de l’héritage culturel du Liban, elle a fondé l'association I.C.H.T.A.R. (Identité.Culture.Histoire.Traditions.Arts.Racines) pour le Patrimoine Libanais dont elle est actuellement présidente. Elle défend également des causes nationales qui lui touchent au cœur, loin des équations politiques étriquées. Marie-Josée est également artiste peintre et iconographe de profession, et donne des cours et des conférences sur l'Histoire et la Théologie de l'Icône ainsi que l'Expression artistique. Pour plus de détails, visitez son site: mariejoseerizkallah.com son blog: mjliban.wordpress.com et la page FB d'ICHTAR : https://www.facebook.com/I.C.H.T.A.R.lb/