153140

On n’attend plus Godot.

Trois coups et le rideau se lève !

La nouvelle éclaire l’obscurité de la scène . Les monologues isolés s’éclipsent .
L’espoir d’une perspective  gouvernementale efficace marque un pas. Ceux qui persistent à défendre des convictions libres marchent à la broadway show avec dos courbés ,bras et mains ouverts pour clamer en cœur: » les ponts de convivialités entre partenaires sont le dessein de nos histoires de coexistence  , au présent et à l’avenir! »

Un Liban fier est désigné  par le geste gracieux de femmes types qui présentent ses régions. Elles tourbillonnent les corps colorés des couleurs vives du drapeau comme cet  appel à l’esprit  réconciliateur de toutes nos appartenances!

Les caractéristiques historiques et actuelles chantonnées par les hommes du terroir sont épelées au rythme de la dabké traditionnelle: »Le dialogue dans l’ici et le maintenant en tout temps.. »

Notre nouveau premier ministre prend le devant de la scène .Il a reçu un large support local et international.
Il est l’héritier d’une politique où le dialogue installe la règle première des relations entre libanais.

Cependant ,ce concitoyen, oiseau rare ,chante avec  lyrisme pour demander, sur un air de « Oud » à ses représentants de faire enfin face aux priorités suivantes:

 » Écouter, entendre ;assouplir,aplanir les différends , aménager les corridors de cordialité malgré des vécus opposés et persévérer à répondre aux urgences des gens avant le déclenchement des manifestations et des grèves  »

Le « fou »du village passe en flèche parmi ce monde en jouant des pieds et en tournoyant avec l’agilité d’un Caracalla et la sagesse d’un désinvolte pour annoncer aux spectateurs que:

« Avec et sans vous ,Beckett à quand même fait sa pièce et nous ,  glorieux serviteurs des cèdres ont va désormais jouer  la joie de vivre , malgré tout!

Par Joe Acoury
Libnanews