Le siège de l'Association des Banques du Liban. Crédit Photo: Libnanews.com, tous droits réservés.
Le siège de l'Association des Banques du Liban. Crédit Photo: Libnanews.com, tous droits réservés.
Moins d'une minute de lecture

L’association des parents d’étudiants libanais à l’étranger a une nouvelle fois dénoncé l’absence de l’application par les banques libanaises de la loi instaurant un dollar à destination au bénéfice des étudiants.

Pour rappel, le parlement libanais a adopté la loi 193 instaurant un dollar étudiant au taux de parité officiel permettant de transférer un maximum de 10 000 USD par an à condition que l’étudiant soit inscrit avant l’année académique 2019-2020 dans un établissement à l’étranger

Cependant, les banques libanaises refuseraient actuellement d’appliquer cette réglementation se conformant au contrôle des capitaux unilatéralement instauré par l’Association des Banques du Liban.

Au cours de sa dernière réunion, l’association des parents d’étudiants à l’étranger a dénoncé le non-respect par les établissements bancaires, du dispositif, estimant ainsi « qu’ils se moquent des lois de l’état », ce qui les transforme « en organisations financières qui sortent des cadres juridiques en vigueur ».

L’organisme demande par conséquent aux parents de documenter les refus des banques locales afin de pouvoir entamer des poursuites judiciaires.

Pour l’heure, la Banque du Liban récuserait toute implication dans le blocage actuel de la situation, indiquant que les lois adoptées par le Parlement sont supérieures aux circulaires qu’elle pourrait publier à ce sujet et donc refusant de publier de nouvelles réglementations imposées à l’Association des Banques du Liban.

De leurs côtés, les banques libanaises indiquent ne pouvoir procéder à ces transferts faute de circulaires à ce sujet de la part de la Banque du Liban.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.