12715432_10208746715571974_5034653947309401498_n

Nous devrions nous poser la question de savoir pourquoi l’élection présidentielle au Liban est reportée de semaines en semaines sans aucun espoir de voir la situation actuelle se débloquer.

De deux choses l’une, soit que les leaders libanais savent pourquoi l’élection est bloquée et ils ne veulent pas dire la vérité au peuple pour ne pas semer la panique parmi les gens, soit qu’ils ne savent pas exactement les causes des reports de l’élection présidentielle et c’est une faillite retentissante de la part de ces leaders qui se comportent comme s’ils avaient la possibilité d’avoir prise sur les évènements pour se donner de l’importance et satisfaire leur ego.

Permettez-moi de donner mon humble opinion. Tant que nos leaders sont pour la plupart liés aux deux puissances régionales à savoir l’Iran et l’Arabie Saoudite et aux deux puissances mondiales que sont la Russie et les Etats-Unis et tant que ces pays sont actuellement en conflit indirect et éventuellement en conflit direct dans un proche avenir en Syrie, il ne peut y avoir élection d’un Président au Liban. Le gel du don des trois milliards de dollars de l’Arabie Saoudite au Liban pour équiper l’Armée libanaise et du milliard de dollars pour équiper les Forces de Sécurité Intérieure en armes et en munitions vont attiser les divisions entre les leaders libanais et de ce fait même raffermir le report de l’élection présidentielle.

On dirait que certains leaders l’ont cherché en toute connaissance de causes. Ils savent très bien ce qu’ils font. Ils l’ont dit sans aucune retenue : « l’élection présidentielle se fera au moment opportun », c’est-à-dire qu’ils attendent la victoire finale en Syrie contre les forces du mal représentées par les Etats-Unis, l’Arabie Saoudite, les Pays du Golfe et Israël pour élire un Président qui accepterait de les voir imposer un régime théocratique dont ils rêvent depuis toujours. Dans ce cas, ces « défenseurs » du Liban participeraient en toute connaissance ou bien sans le savoir au complot qui se trame contre les pays du Moyen-Orient. C’est le projet de Kissinger qui est remis sur le tapis et qui consiste à diviser ces pays en entités religieuses, communautaires et ethniques.

D’autres font semblant de se soulever contre la prise de position des premiers et les invitent à assurer le quorum pour permettre l’élection d’un Président de la République au Liban. En réalité, ils sont satisfaits de voir leurs adversaires empêcher l’élection présidentielle. Ça leur permet d’attendre de voir le vent tourner en leur faveur pour imposer leur candidat à la Présidence de la République. Cette double attente sous des prétextes tout à fait opposés risque de durer bien longtemps. Elle permet aux deux clans politiques au Liban de continuer à se moquer de la crédulité de leurs partisans.

Ce jeu est dangereux en ce sens que nos leaders laissent aux puissances étrangères le soin de décider du sort de notre pays. Et si jamais ces puissances se mettaient d’accord pour remodeler la carte géopolitique du Moyen-Orient et celle des pays d’Afrique du Nord, qu’adviendrait-il des frontières du Liban ? Seraient-elles maintenues telles quelles ? Ou bien le Liban connaitrait-il de nouvelles frontières ou serait-il divisé en petits morceaux ? Ce qui expliquerait les reports répétés de l’élection présidentielle au Liban.

Les leaders libanais en ont-ils conscience ? Si oui, pourraient-ils faire passer l’intérêt national avant leurs intérêts personnels, et ce, en coupant les ponts avec les puissances étrangères ou bien en essayant de leur prouver qu’ils méritent de continuer à vivre dans un Liban uni, indépendant et souverain ? Leur démission volontaire face aux complots qui se trament contre le pays et leur passivité face au bon vouloir des comploteurs sont indignes de « leaders » qui se prennent pour des dieux sur terre. Le malheur c’est que la confiance n’existe pas entre les différents leaders des communautés au Liban. Elle n’est pas de mise non plus même au sein de chaque communauté.

Le Liban est pris dans la tourmente qui balaie de nombreux États du Moyen-Orient. Ceux-ci voient leurs structures s’écrouler comme des châteaux de cartes. Les structures de l’État libanais s’écroulent petit à petit. Les organismes de notre pays ne fonctionnent plus. Tout est bloqué. Le Liban agonise. Il risque d’être morcelé pour satisfaire le bon vouloir de certains. Que l’on cesse cette mascarade d’élection présidentielle et que l’on dise la vérité au peuple au lieu de lui passer des balivernes qui font dormir debout. Le Liban vit une période de transition. Il passe d’un État en déconfiture à un État dont l’avenir est incertain et qui pourrait s’avérer fatal à la survie du pays des cèdres,

Leaders de mon pays, retournez aux sources, puisez votre force de l’appui du peuple libanais et non pas de l’appui des puissances étrangères, luttez pour l’unité du Liban, mettez de côté vos zizanies, respectez la constitution, ne vous laissez pas manipuler par les puissances étrangères, agissez en véritables leaders, faites fonctionner de nouveau la vraie démocratie. Ce beau pays, unique au monde, mérite bien qu’on le défende pour son message de tolérance et pour la cohabitation entre les différentes composantes de sa population. Notre pays pourrait servir de modèle aux pays du monde entier pris dans des tensions religieuses à n’en plus finir. Il suffit de vouloir pour pouvoir.

Samy Chaiban