Le Président de la République, le Général Michel Aoun, a demandé au gouvernement libanais et plus particulièrement au Ministère des Finances de débloquer les fonds nécessaires au règlement des arriérés dûs aux hôpitaux privés en 2019.

Cette question ne figurait cependant pas à l’ordre du jour du conseil des ministres qui se tient ce jeudi au Palais Présidentiel de Baabda.

Plus de 450 milliards de livres libanaises, soit 300 millions de dollars, devraient être ainsi versés, sur les 1.3 milliards de dollars dûs par l’état à ces établissements.

Cette information intervient alors que le Président du Syndicat des propriétaires d’hôpitaux privés faisait part de la possible faillite de 15 établissements hospitaliers soumis à l’importantes pressions financières alors que les banques libanaises ont également instauré un contrôle des capitaux. Ainsi, certains établissements n’étaient plus en mesure d’honorer correctement les salaires de son personnel ou encore de pouvoir acheter les produits et équipements médicaux nécessaires à leurs fonctionnements.

À cela, s’ajoute désormais la crise liée au coronavirus COVID-19 qui, outre la diminution de l’activité de ces établissements, a également poussé certains d’entre eux à devoir s’équiper en vue de faire face à un possible afflux massif de patients.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.