9 réfugiés syriens sur 10 présents au Liban se trouveraient dans un état d’extrême pauvreté indique un rapport des Nations-Unies publié ce vendredi. Cette situation interviendrait en raison de la crise économique que traverse le Liban.

Ainsi, sur les 1.5 millions de réfugiés syriens présents au Liban dont 1 million bénéficiant de l’aide des Nations Unies.

89% contre 55% l’année dernière des familles de réfugiés syriens sont ainsi confrontées à un état d’extrême pauvreté, avec une subvention de 309 000 LL par mois par personne. Si cette somme représentait plus de 200 dollars avant la dégradation de la parité de la livre libanaise, elle représente moins de 40 dollars aujourd’hui.

Désormais, les réfugiés syriens présents au Liban doivent s’endetter pour pouvoir se nourrir, indique ce rapport.

Les résultats de l’enquête montrent que le montant moyen indiqué de la dette accumulée par les ménages a augmenté de 18 pour cent avec une dette moyenne de près de 1 840 000 livres par famille. La principale raison de l’endettement était l’achat de nourriture (93%), suivi par le loyer et les médicaments à 48% et 34% respectivement.

Comme l’année précédente, 9 ménages sur 10 continuent d’être endettés, ce qui indique que les ménages de réfugiés syriens continuent de manquer de ressources suffisantes pour couvrir leurs besoins de base. La moitié de la population réfugiée syrienne souffre désormais d’insécurité alimentaire Les prix des denrées alimentaires ont presque triplé au Liban depuis octobre 2019, augmentant d’environ de 174%.

Dans le même temps, les opportunités de revenus se sont considérablement réduites en raison du net ralentissement économique que le pays a connu au cours des douze derniers mois.

La moitié des familles de réfugiés syriennes interrogées souffraient d’insécurité alimentaire, contre 28% à la même époque en 2019.

Les ménages ayant une alimentation inadéquate ont doublé par rapport à l’année précédente (25% en 2019 à 49% en 2020), tandis que le nombre de ceux qui ont recours à une alimentation nuisible basée sur la réduction du nombre de repas par jour ou la réduction des portions de nourriture sont également en augmentation.

Les ménages dirigés par une femme sont légèrement plus exposés à l’insécurité alimentaire que les ménages dirigés par un homme, et une proportion bien plus élevée de ménages dirigés par une femme (68%) utilisent des stratégies d’adaptation classées comme «au niveau de la crise» ou “niveau d’urgence” contre (13%) de ménages dirigés par un homme

Les stratégies d’adaptation aux crises comprennent le mariage des enfants de moins de 18 ans, la vente d’actifs productifs, le retrait des enfants de l’école et la réduction des dépenses d’éducation et de santé. Les stratégies d’adaptation d’urgence comprennent la mendicité, l’acceptation d’emplois à haut risque ou l’envoi d’enfants au travail.

«Les réfugiés sont les personnes les plus vulnérables de toute société et ils ne sont pas différents au Liban, où l’ensemble de la population souffre de crises multiples qui affectent même la classe moyenne du pays», déclare Abdallah Al Wardat, Représentant du PAM et Directeur de pays au Liban.

“Grâce au généreux soutien des donateurs, le PAM continue de fournir une assistance à plus de 800 000 réfugiés chaque mois.” Accès limité à l’apprentissage à distance, travail des enfants en hausse En raison de la pandémie de COVID-19, les écoles publiques au Liban ont toutes été fermées à partir de mars 2020 et l’apprentissage à distance a été introduit dans tout le pays.

Selon les rapports, seulement 65% des enfants d’âge scolaire (âgés de 6 à 17 ans) inscrits à l’école avaient fréquenté l’école en personne, avant la fermeture en mars 2020. Les 35% restants avaient un certain accès à l’enseignement à distance, et un tiers d’eux n’a pas pu suivre ses leçons, principalement en raison du manque ou de l’insuffisance d’Internet.

Le pourcentage d’enfants âgés de 5 à 17 ans qui sont engagés dans le travail des enfants a presque doublé, passant de 2,6% en 2019 à 4,4% en 2020. Les garçons y sont plus impliqués (6,9%) que les filles (1,6 %) «La situation des enfants devient de plus en plus délicate suite aux crises sans précédent auxquelles le Liban a été confronté cette année», a déclaré Yukie Mokuo, Représentante de l’UNICEF au Liban.

«Nous devons nous assurer que les enfants et les jeunes les plus vulnérables restent en bonne santé, en sécurité et apprennent. Ils doivent être tenus à l’écart des mécanismes d’adaptation négatifs tels que le travail des enfants. » L’accès à la documentation civile reste un défi Comme en 2019, près de 70% des réfugiés syriens n’ont toujours pas de résidence légale.

Cela affecte tous les aspects de la vie des réfugiés, non seulement en termes de restriction de mouvement en raison du risque accru d’arrestation et de détention, mais aussi en posant des défis supplémentaires pour obtenir un logement et accéder aux moyens de subsistance.

Si des améliorations de l’enregistrement des naissances ont été notées en 2019, cela ne s’est pas répercuté sur 2020. En 2020, seulement 28% des naissances survenues au Liban étaient enregistrées auprès du registre des étrangers, contre 30% en 2019 et 21% % en 2018. Cependant, presque toutes les naissances (98%) ont la documentation minimale (certificat médical ou de sage-femme).

Les tensions entre les communautés d’accueil et de réfugiés ont diminué Comme les années précédentes, la concurrence pour l’emploi a été citée par un certain nombre de familles (40%) comme l’un des principaux facteurs de tensions entre les réfugiés et les communautés d’accueil, mais il s’agit d’une nette diminution par rapport à 2019 (51%).

Les familles invoquant la concurrence pour les ressources sont également passées de 20% en 2019 à seulement 8% en 2020.

VASyR-2020-Dashboard

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Avatar
Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.