Liban: La victime d’un viol témoigne

1426

Fatima Fouad a publié sur sa page Facebook, un témoignage bouleversant concernant des faits qui se seraient déroulées le soir du nouvel an 2019 durant un événement à Hamra, dans la capitale Beyrouth. Droguée, Fatima Fouad a été également victime d’un viol collectif, commis par un homme et une femme.

Faits aggravant, les personnes impliquées seraient également suspectées d’harcèlement sexuel en Egypte ou encore en Jordanie.

Le témoignage de Fatima Fouad

C’est mon témoignage, sous la forme d’un message d’intérêt public que je mets à la disposition de celles qui sont actives sur la scène musicale, dans les journaux, magazines, radios, clubs, bars, restaurants, cafés, librairies, institutions, associations, artistes féministes et organisations culturelles, organisateurs de festivals de musique et toutes les autres personnes concernées.

Entre décembre 2019 et mars 2020, j’étais le directeur de “Barzakh”, un espace et une bibliothèque situés rue Hamra à Beyrouth. Le soir du Nouvel An, nous avons organisé une soirée d’ouverture pour “Barzakh” en coopération avec l’équipe de “Ma3azef” et “Ballroom Blitz” intitulée “Down With Anxiety”, avec la participation de 12 musiciens de la scène arabe, dont le B.S ( de nationalité palestinienne- jordanienne) et A.M (de nationalité égyptienne), qui m’ont agressée en me droguant et en me violant contre mon gré, le 31/12/2019.

Les détails du viol :

Ma première rencontre avec B.S. était lors de la vérification du son au sixième étage avant l’événement, et avant l’arrivée du public de 970 personnes (selon les ventes de billets uniquement). Je parlais à l’un des musiciens participants, qui, à l’époque, était encore un ami d’esprit, lorsque B.S nous a approchés. Il dit à l’autre musicien : “on a du boulot, tu auras le temps de la baiser”. Je me suis mis en colère contre son insulte grossière et sa virilité aggravante, alors j’ai répondu : “Pensez-vous que vous aurez encore du travail ce soir si vous parlez de cette façon ?” L’autre musicien a tenté de remédier à la situation en reprochant timidement à B.S. Nous descendîmes tous les trois au premier étage. Je me souviens très bien des regards menaçants de B.S. Je me suis senti méfiant, à un point où je me suis réprimandé pour le choix de porter une robe courte et moulante pour la fête.
J’ai passé la majeure partie de la soirée au premier étage à aider les barmans, les musiciens et les organisateurs, à danser et à boire avec des amis, des camarades et des connaissances, en évitant la musique forte et les foules au 6ème étage, parmi lesquelles se trouvait B.S. Il n’arrêtait pas de me suivre vers le bar au premier étage, essayant de me parler, et à chaque fois je répondais avec indifférence. Il m’a supplié à une occasion, laissant entendre qu’il avait l’intention de s’excuser pour ce qu’il avait dit plus tôt. Je me tournai silencieusement vers lui, écoutant ce qu’il avait à dire, pensant qu’il avait peut-être réfléchi à son comportement. Il a essayé de toucher ma taille sans ma permission, pressant sa main contre moi. Je l’ai poussé hors de moi et j’ai crié: “Qu’est-ce qui ne va pas avec toi?! Es-tu venu pour t’excuser ou harceler ? Il s’est retiré parmi les témoins qui se tenaient autour de nous. Je me suis assuré de dire à un certain nombre de mes amis qui étaient présents le harcèlement récurrent de BS ce soir-là.
Quand A.M jouait son set, je restais debout à la regarder et à danser. Je me souviens très bien d’avoir aperçu BS en train de me regarder. Plus tard, il s’est approché et avant que je puisse lui dire de partir, il a dit : A.M m’a demandé de vous dire qu’elle est dehors et qu’elle veut vous parler. Elle nous a vus ensemble et a pensé que nous nous connaissions. “D’accord”, répondis-je. Après quelques minutes, je suis sorti et j’ai trouvé A.M dans le couloir où se trouvent la salle de bain, l’ascenseur et l’escalier. Elle a commencé à flirter avec moi, complimentant mon apparence et dansant d’une manière suspecte et déroutante. Elle s’est alors approchée de moi et m’a « demandé » si elle pouvait m’embrasser. J’ai accepté, gêné et réticent. Nous nous sommes embrassés.
Cela s’est produit plusieurs fois au cours de la nuit. On se croisait de temps en temps dans le couloir, on avait une conversation superficielle et on s’embrassait. À un moment donné après 4 heures du matin, nous étions debout ensemble, mon dos était contre le mur, A.M lève la tête avec sa main droite, appuyant contre mon cou, et avec sa gauche a inséré une pilule blanche dans ma bouche, et m’a embrassé agressivement pour forcer moi de l’avaler. J’ai fini par l’avaler par confusion. Je l’ai repoussée et j’ai dit : « qu’est-ce que tu m’as donné ? Je ne veux pas de drogue, j’ai bu beaucoup de whisky”. Je ne sais pas de quel type de drogue il s’agit jusqu’à présent, mais les agresseurs ont affirmé qu’il s’agissait de mdma, qui est connue pour avoir des effets catastrophiques sur la mobilité et la concentration lorsqu’elle est consommée avec de grandes quantités d’alcool. Je suis retourné dans l’espace principal paniqué et j’ai dit à mon ami qui est témoin : « A.M a mis une drogue dans ma bouche, je ne sais pas ce que c’est. J’ai bu beaucoup d’alcool et je commence à me sentir fatigué. J’ai alors dit à une autre personne que je connais.
Au bout d’un moment, j’étais assise sur les escaliers à l’extérieur, me sentant étourdie et nauséeuse à cause de la drogue. A.M s’est approché de moi et a commencé à m’embrasser, puis B.S s’est approché de moi et a essayé de me toucher et de m’embrasser. Je les ai repoussés tous les deux et j’ai crié : « Qu’est-ce qu’il y a avec vous deux ? Pourquoi est-ce qu’à chaque fois que tu viens m’embrasser, cette merde misogyne surgit ? Il m’a suivi toute la nuit. A.M lui répond : “Tu as raison, c’est un misogyne”, puis lui demande de reculer un peu. Elle s’est approchée de moi et a essayé de me réconforter et de me séduire, et elle m’a dit: “B.S a de la bonne cocaïne, fais-lui un peu plaisir, quand nous aurons fini, nous irons chez lui et nous nous amuserons.” Je me souviens que j’ai clairement refusé son offre, une offre qui s’avère être un marché qu’ils avaient conclu au début de la soirée. J’ai dit : « Je serai peut-être prêt à apprendre à te connaître et à passer du temps avec toi un autre jour. Maintenant je suis fatigué, je travaille nuit et jour depuis une semaine. Mais cette merde (B.S). non! De plus, je ne voulais pas me droguer ce soir, pourquoi m’as-tu forcé ? A.M a commencé à m’embrasser et à me toucher pendant que nous étions dans les escaliers. J’étais étourdi par l’ivresse et la fatigue, essayant de lutter contre les effets de la drogue. Au bout d’un moment, B.S s’approche de nous et nous tire les bras et nous conduit dans les escaliers. Ils m’entraînent tous les deux dans le couloir du troisième étage. A.M allongé sur le sol, et B.S me pousse sur elle. Il a soulevé ma robe et m’a frappé violemment sur les fesses et a déchiré mes bas. Je me souviens très bien du bruit des claquements et de la déchirure du tissu. Ces sons sont restés forts et clairs dans mon esprit. Je pleurais et j’embrassais le corps d’A.M, alors qu’elle gémissait, tandis que BS essayait de me pénétrer en me frappant le bas du dos, la taille, les fesses et les cuisses. Les ecchymoses qu’il a laissées sont restées enflées pendant des jours. Je me souviens qu’au milieu de cet épisode épouvantable, je me suis dissocié de mon corps comme si je m’observais d’en haut. J’ai senti un feu brûler dans mon cœur, alors j’ai crié en larmes: “Baise-moi, baise-moi… passe ça dessus et baise-moi.” Il a répondu en me frappant plus violemment sur les fesses et les cuisses en criant : « ça devient pas dur putain, je vais te baiser ». Je me souviens encore de sa voix alors qu’elle disait être B.S : “fuck her B, fuck her, come on fuck her”. Je ne sais pas combien de temps j’ai été inconscient, mais je me souviens avoir essayé de les repousser loin de moi, alors que je partais pour retourner au premier étage, traînant mon corps violé en marmonnant : “Je veux y aller, je veux y aller , éloigne-toi de moi, laisse-moi », alors que je pensais rentrer chez moi.
J’ai regardé par la fenêtre et le soleil a brillé dans mes yeux. Je me demandais combien de temps s’était écoulé. Que s’était-il passé ? Y avait-il des témoins ?
J’ai été surpris par 2 personnes qui s’embrassaient dans l’escalier au deuxième étage. Je leur ai présenté mes excuses. Je sentais les bas déchirés sur mes cuisses pendant que je marchais. Je me suis demandé : « a-t-il réussi à me pénétrer ? Je suis arrivé au premier étage et j’ai trouvé M.A, mon superviseur à l’époque. J’ai couru vers lui en disant : « éloigne-les de moi, éloigne-les de moi ! M.A a paniqué quand il a vu mon état, il m’a emmené dans les coulisses du canapé. Je les ai couchés, et il m’a recouvert d’un grand manteau et m’a laissé dormir. Il m’a dit plus tard qu’il ne comprenait pas ce qui m’était arrivé, mais il a été choqué par l’impudeur d’A.M qui a continué son assaut sur moi en essayant de m’embrasser alors que je oscillais entre des états de conscience et d’inconscience. Il l’a repoussée loin de moi en disant : « éloigne-toi d’elle ! Ne voyez-vous pas qu’elle est fatiguée et qu’elle dort ? Comment essaies-tu de l’embrasser ? Il m’a également informé qu’elle avait insisté pour demander mon numéro de téléphone, mais qu’il avait refusé de le fournir. A.M est parti avec B.S chez l’un de leurs amis et a continué leur nuit sans phase. Ils ont eu des relations sexuelles et ont consommé de la cocaïne, comme nous l’avons découvert plus tard.
J’ai dormi sur ce canapé à l’arrière jusqu’à ce que je sois réveillé par le bruit des femmes de ménage à midi, le premier jour de 2020, alors que la plupart des gens dormaient encore. Je me suis relevée, gênée, en me souvenant des bas déchirés. J’ai cherché ma veste et je l’ai enfilée. Je me souviens des visages inquiets des nettoyeurs quand ils ont vu mon état. Je me souviens de leurs voix chaleureuses alors qu’ils me demandaient avec compassion : « ça va ? Veux-tu de l’eau? Quelqu’un lui passe une bouteille d’eau. Asseyez-vous, reposez-vous, n’ayez pas peur, n’ayez pas peur ». J’ai pris la bouteille d’eau de l’un d’eux. Je l’ai regardé dans les yeux et je l’ai remercié. Puis j’ai quitté “Barzakh” et je suis rentré chez moi à Sanayeh sans mon téléphone qui a été volé, ainsi que l’ordinateur de M.A dans la soirée. J’ai essayé d’éviter les regards des passants sur la route principale de Hamra et des soldats qui se tenaient à l’entrée du ministère de l’Intérieur en face du jardin de Sanayeh. Je suis rentré chez moi, je me suis précipité vers mon lit et je me suis endormi jusqu’au soir.

Après l’incident – réactions du violeur, B.S., et de l’agresseur, A.M. :

Le soir, j’ai pris un bain et je suis resté longtemps devant le miroir, fixant les bleus et essayant de me souvenir de ce qui s’était réellement passé. J’ai contacté A.M., dont je n’avais jamais entendu parler avant la fête, pour comprendre si le violeur B.S. a pu me pénétrer, et découvrir quel type de drogue elle m’avait administrée de force, ainsi que retracer l’enchaînement des événements suite à une perte de mémoire partielle causée par la drogue, des évanouissements et un état de choc. Au cours de la conversation, A.M. a essayé d’éviter sa responsabilité en se transformant d’agresseur en deuxième victime de B.S. et en essayant de me manipuler émotionnellement. J’ai coupé toute communication avec elle après ça.
Quelques jours plus tard, j’ai accepté d’assister à une réunion à Barzakh avec le directeur de l’espace, en plus de deux membres de ma3azef, et A.M., qui ont valsé dans la salle l’air d’une diva sadique, portant un rouge à lèvres rouge vif, des boucles d’oreilles dorées, imprimé léopard, talons hauts et ongles peints. Je n’ai pas pu m’empêcher de m’émerveiller devant la différence de classe flagrante dans le luxe du temps dont elle disposait. Elle s’habillait pendant que j’enregistrais des livres pendant des heures. Cela ressemblait à une scène d’un film français de la nouvelle vague. La diva a ensuite expliqué comment elle traversait une crise mentale à cause de tous les ouï-dire tordus circulant à Beyrouth, s’efforçant de nier son rôle dans la facilitation du viol, insistant pour blâmer uniquement B.S. J’ai éclaté et j’ai dit: “Qu’est-ce que tu veux dire? Tu fais comme si tu ne me droguais pas?” Elle est alors soudainement devenue furieuse et défensive (et autodestructrice pourrait-on dire), et a commencé à utiliser ma sexualité contre moi, en disant, si ma mémoire ne me fait pas défaut ici, “habibti, je n’aime pas la chatte, tu aimes chatte. J’aime la bite. Va te regarder.
J’ai laissé échapper un petit rire face à cette hystérie misogyne. Son élégance a continué à me dire avec condescendance à quel point je suis nouveau sur la “scène” (ou voulait-elle dire un intrus ? Peut-être voulait-elle dire que je fais partie d’une distribution différente, moins importante. N’est-ce pas vrai, cependant ? Je n’ai pas le même capital social qu’elle pour me protéger, c’est-à-dire que je n’ai pas de capital social que j’ai peur de perdre contrairement à elle). Elle a dit que je ne connaissais rien à la fête, à l’alcool et à la drogue, me traitant de menteuse pour avoir insisté sur le fait qu’on m’avait proposé de la drogue toute la nuit et que je me suis contentée d’alcool. Elle a dit sans vergogne “si tu n’avais pas voulu de la mdma tu aurais pu la recracher, ne mens pas, je sais que les gens ont un réflexe !” Je suis devenu très nerveux et j’ai réalisé que discuter avec elle était futile. Je l’ai insultée et mise à la porte, mettant fin à la réunion.

Le 5 janvier 2020, Y.M. est venu chez moi avec mon colocataire à l’époque, à l’improviste et sans planification préalable. J’ai découvert qu’elle est une amie proche de B.S., ou du moins l’était à l’époque. J’étais recroquevillé sur un canapé dans le salon, et mon amie R.B. est venue me voir et a été témoin de la manipulation émotionnelle et politique calculée de Y.M. lorsqu’elle m’a dit qu’elle aussi avait été violée par un “Palestinien”. homme, et qu’elle ne l’a pas dénoncé parce qu'”il est palestinien”, comme si l’identité palestinienne d’une personne était un laissez-passer pour une misogynie déchaînée. “Tous les hommes palestiniens sont des fils de putes”, a-t-elle déclaré. Sa généralisation raciste et naïvement débile m’a fait chier. Ce qui signifie que je devais accepter mon sort d’être violée par un Palestinien, pour la plus grande cause ? Elle a ensuite excusé la violence et l’agression de son ami en divaguant sur ses traumatismes non traités et non résolus, affirmant que des personnes de son entourage proche souffraient également de son caractère violent.
Mon amie R.B. a un autre témoignage sur l’agresseur, A.M., que je partage après son consentement. Il y a quelques années, lors d’une fête chez un ami commun, l’agresseur A.M. s’est faufilé jusqu’à R.B. dans une salle de bain, a fermé la porte et a essayé de l’embrasser, R.B. l’a repoussée et l’a forcée à ouvrir la porte pour la laisser sortir.
Le lendemain, j’ai reçu un e-mail du violeur, B.S. (ironiquement connu sous le nom de Lil Asaf, qui se traduit par malheureusement en arabe). C’était sa tentative d’excuses pour la “laideur” que j’ai vécue le soir du Nouvel An, et d’offrir une “explication” pour ce qui s’est passé, car j’étais “ivre” et il était “alerte” parce qu’il avait pris de la cocaïne. Il a essayé de m’éclairer en manipulant tous les détails de cette nuit à son avantage en me faisant remettre en question ma mémoire et mon intuition, et de me convaincre que j’insistais pour qu’il m’embrasse, et qu’il a été choqué quand il m’a vu, moi et A.M. avoir des relations sexuelles dans le hall de l’escalier au troisième étage, et à quel point il hésitait à participer. Il a inventé des témoins dont je n’ai jamais entendu parler, à l’exception de ceux mentionnés ci-dessus. Il a même justifié mes ecchymoses et mes collants déchirés en disant que je suis tombé des escaliers. Je ne pourrais jamais comprendre comment son esprit simple a accepté ce mensonge. Comment le tissu peut-il se déchirer en roulant dans les escaliers ? Pour être honnête, et deux ans et demi plus tard, alors que j’assistais à l’école d’été de Barzakh, j’ai été pris d’anxiété en me rappelant les détails de cette nuit, une habitude obsessionnelle que j’ai développée à cette époque.
Je suis monté au troisième étage et j’ai dévalé les escaliers exprès. Son mensonge était tellement stupide. Je me suis dit que j’avais fait mon devoir. Je me suis rappelé une fois de plus le bruit du tissu déchiré et les coups sur mon corps. J’ai pleuré. C’était il y a deux semaines à partir d’aujourd’hui.
La première semaine suivant l’incident de viol, et alors que je ressentais une immense pression pour me dépêcher et écrire une déclaration sur ce qui s’était passé, j’ai décidé de reporter la confrontation, car j’étais consciente que j’étais encore sous le choc et incapable de rédiger un récit clair à partager avec le public. Je m’occupais de mes tâches quotidiennes à la bibliothèque, organisant des panels, des réunions politiques et culturelles, ainsi que mes activités avec les sections jeunesse et étudiante du parti communiste. Nous assistions à la révolte historique du 17 octobre suite à la crise financière. Au cours des deux dernières années et demie, beaucoup d’événements se sont déroulés, et leur lourdeur s’est accrue. Il n’y a ni la capacité ni le besoin ou la volonté d’expliquer pourquoi j’ai retardé la confrontation, car je suis convaincu qu’une rescapée révolutionnaire, la juste, a le droit de décider de l’heure zéro, quand et comme elle le veut.
Et à cette occasion, je cite mon proverbe palestinien préféré : « Un bédouin a décidé de venger son père après 40 ans, il s’est arrêté et s’est dit, je jure que je me suis précipité trop tôt.

Concernant la position de la direction de Ma3azef, sous la direction de M.A.T. :

J’ai récemment découvert qu’un homme avec les initiales M.A.T., le directeur général de Ma3azef, le premier et le dernier magazine musical du genre au monde (comme ils le prétendent), a insisté pour que l’équipe ait tout bouclé et n’ait pas publié une déclaration condamnant les actions du violeur B.S., même si le violeur a également agressé une femme membre de l’équipe de Ma3azef lors de la vérification du son cette même nuit, et a ignoré de nombreuses femmes en Égypte et en Jordanie qui ont été harcelées et agressées par B.S. au motif qu’il (M.A.T) connaît B.S. bien. “B. ne ferait pas une telle chose”, a-t-il répété à plusieurs reprises à ses employés.
Il n’a pas tardé à faire pression sur l’équipe pour qu’elle reprenne la couverture de B.S., ce qui a entraîné une division importante au sein du personnel, entraînant le licenciement d’un et la démission de trois autres, pour diverses raisons, mais la question du violeur BS étant le point culminant. Il a recommencé à publier des articles sur B.S. un jour après la démission du dernier membre de l’équipe.
L’attitude paternellement aveugle de M.A.T. envers le violeur B.S. intriguerait tout fan de psychanalyse amateur. Une étreinte inconditionnelle de l’image de l’artiste palestinien en détresse, causée par l’accumulation de malheurs de classe historiques et de douleurs émotionnelles, une sorte de fétichisme révolutionnaire dégoûtant, semblable à l’étreinte d’un kamikaze dont l’horloge a fait tic tac.
Un petit oiseau m’a dit que la relation entre les deux s’était renforcée il y a quelques années, lors d’une autre soirée organisée par Ma3azef. Cette nuit-là, le réalisateur M.A.T. s’est disputé avec l’un des invités, une figure éminente de la scène musicale, lorsque B.S. est venu à son secours, obtenant sa juste part de coups, ce qui a entraîné son hospitalisation. Je ne partagerai pas la cause de ce combat ou le contexte dans lequel il s’est déroulé si le respect de M.A.T.’ intimité. J’espère simplement que mon histoire sera une dernière gifle dans son visage, ce qui l’amènerait idéalement à chercher l’aide psychologique dont il a désespérément besoin, au lieu de gaspiller son énergie à critiquer la culture d’annulation sous prétexte de lutter contre la vague de néolibéralisme en adopter une position réactionnaire en dissimulant et en protégeant le violeur B.S. tout en minimisant les histoires de survivants et la culture d’appel en tant qu’outil féministe utilisé pour exposer l’hypocrisie de la politique révolutionnaire et démasquer les violeurs, les agresseurs et les harceleurs dans les espaces publics. Un outil utilisé pour nous libérer, femme, et ceux qui sont marginalisés par les normes du conformisme de classe, de race et de genre. Notre outil pour nous libérer de la prison qu’est le sexisme, le patriarcat, l’exploitation et l’occupation, notre outil pour reprendre l’espace public, et y faire entendre la voix ou la justice.
J’aimerais mentionner une anecdote amusante à propos de M. M.A.T. : quelques jours avant la fête, il a supprimé la page de l’événement Facebook intitulée “Down With Anxiety”, sans même consulter le personnel de Ma3azef ou leurs co-organisateurs, Ballroom Blitz et Barzakh. , simplement parce qu’il n’aimait pas le nom. Il a ensuite dit qu’il avait supprimé “par erreur”.
Je suis d’accord avec lui maintenant, ça aurait dû s’appeler “A bas l’autorité”.

Ma boîte de réception est ouverte à tous ceux qui souhaitent partager leurs histoires avec moi, afin que je puisse les transmettre de manière anonyme. J’espère qu’un jour nous pourrons nous organiser sous une bannière politique de résistance féministe.
Dieu m’en est témoin, voici mon histoire.
Fatima Fouad

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.