« Package » de décence !

1
3 minutes à lire

Le point commun aux représentations politiques actuelles ou prochaines doit correspondre à ces échéances constitutionnelles suivantes: un parlement légitimement élu, un président efficace, un gouvernement qui fonctionne.

L’incohérence sur tout terrain ne peut plus initier désormais que des rassemblements politiques coupés à la taille de certains personnages historiques qui prémunissent la préservation des privilèges confessionnels, du féodalisme et du dialogue invisible.

Pour agir en tant que fonctionnaire, membre d’une municipalité, président d’une assemblée, député élu, ministre au gouvernement ou président de la République, on se doit de reconnaître un seul privilège. Celui de raisonner pour servir la nation scrupuleusement. Cependant, il ne convient pas de considérer les différences et les subtilités de nos richesses historiques; religieuses, culturelles, familiales et collectives selon le prétexte de protéger « La coexistence » entre les libanais . La préservation de la « formule de coexistence », de « la paix civile », et du « suprême intérêt de la nation » ne peut prévaloir quand une majorité de politiciens suspendent le devoir au gré des absences illégitimes, des abus et des décalages perpetuels auto-accordés!

L’inconsistance, le dérèglement généralisé et les corruptions ne peuvent plus inspirer chez le citoyen la moindre confiance en des « responsables » politiques auto-proclamés qui échouent de promouvoir l’unité pour la nation. Quelles que soient les alternatives proposées pour ordonner les prochaines échéances électorales, l’essentiel est ailleurs, dans le contenu. Ainsi pour valider la substance parlementaire ou une exceptionnelle perspective de la présidentielle nous avons besoin de sortir du discours de paon, de respecter les règles de toute transmission verbale et de préserver des valeurs essentielles des improvisations inacceptables. Le socle commun à tout consensus national est ainsi et d’abord d’ordre communicatif. Il permet d’initier l’écoute de l’autre à travers le cheminenent de la cohérence logique. Elle seule peut convaincre les consciences de la positivité de tout service commun en chaque étape.

Un chef d’Etat fort pour un Liban fort est celui qui décide de construire la charte du positionnement national entre les concitoyens pour permettre de construire ensemble, maintenir et renforcer en tout temps la sécurité interieure, interactive et défensive du pays. Elle ne peut s’accomplir sans la refonte de son potentiel humain. Celui qui devra tourner la page sombre de ses incohérences tacites et de ses résignations, ouvrir la voie aux aveux difficiles, dénoncer des faux semblants et s’adapter à toutes les normes. La cohésion des libanais peut alors devenir une conscience collective indépendante pour convenir aux valeurs démocratiques.

Enfin, les personnalités remarquables dont Le Liban a urgemment besoin incarneraient La pragmatique de l’indépendance face aux politiques stériles et abusives actuelles sans la crainte de clamer en tout temps et tout lieu le langage suivant:

La force essentielle du pays des Cèdres existe! L’unité nationale persiste quand son modèle de vie multiconfessionnel est défendu d’abord par un « package deal » de la décence entre tous ses beaux parleurs pour transmettre aux millions d’intelligences mentales et émotionnelles qu’elles vont être respectées avant et malgré tout!

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.