Préservons la différence.

0

“Si nous pouvons douter de notre identité individuelle, nous ne pouvons douter de notre identité collective. Nos rôles nous permettent de construire ensemble…et de participer, chacun à sa place, à l’histoire de nos sociétés…. Nous sommes l’espèce la plus puissante, celle qui a le plus transformé la Terre, celle qui a le plus créé et celle qui a le plus détruit.” Philippe Presles.

La communauté internationale va bouger pour contrer la propagation d’une nouvelle forme de terrorisme. La dure réalité déborde du contexte régional pour se répandre ailleurs. Le désordre, les provocations flagrantes et les massacres vont miner l’équilibre fragile au Moyen Orient avant que de graves menaces sécuritaires ne prennent pour cible l’Occident. L'”EIIL” inquiète et provoque la norme civilisée. Les “défenseurs du monde libre” veulent “freiner” un “cancer”. Américains et Européens vont pourtant, longtemps durant, équivaloir la mesure de la stabilité au Moyen Orient au fait accompli de belliqueux dirigeants sionistes.

La population récemment “punie” à Gaza représente un dramatique exemple: Celui de nombreux enfants sauvagement assassinés au nom du droit absolu d’Israël à l’auto-défense! Le djihadiste choisit sa propre trajectoire de violence criminelle pour abolir les origines conciliatrices de l’Islam ainsi que la liberté de pensée. Il attaque sauvagement, discrédite, chasse les chrétiens de leurs terres et provoque la crédibilité des gouvernements étrangers à garantir la sécurité de leurs citoyens… Son but ultime est l’anéantissement des tolérances. Cependant, la défense des valeurs humaines revendique plus que jamais sa place. Les collectivités et les politiques sociales préventives ont partiellement échoué. Beaucoup de pages écrites, de planifications envisagées et de multiples actions taillées sur mesure ne vont suffire à stopper les extrémistes de se répandre. L’initiation au dialogue des cultures et aux règles en cours ne peut confirmer sa résistance sans pouvoir absorber une certaine jeunesse rebelle au projet d’insertion. L’histoire exacte et non controversée des religions pourrait fournir un outil positif et ciblé au savoir.

Il défendrait avec plus de clairvoyance des choix acceptables face aux fausses interprétations, nuisibles, haineuses et incendiaires de certains responsables! Il fonderait bien plus que le matériau d’une pensée respectueuse et “civilisée” basée sur des convenances sociales fermes ou convenantes. D’ailleurs, l’attitude froide et distante face à une mentalité défiante et l’élan intériorisé vis à vis des tendances controversées chez certains ne font qu’élargir un rayon de craintes, d’angoisses et de fossés entre les êtres. En ces temps où tout peut basculer, on ne pourrait uniquement répondre durablement aux menaces de l'”EIIL” par la solution militaire, la traque des sources de financement et l’abîme du silence anxieux en attendant de meilleurs jours. .. Selon le figaro: «Dans un monde incertain, le leadership américain est la seule constante», a martelé Obama, appelant son pays à ne pas rejeter sa mission de stabilisateur et de défenseur des valeurs de liberté.” Néanmoins, l’incertitude pourrait être dépistée à ses débuts et soignée par des mesures propres à chaque nation avant qu’elle ne ramifie ses inquiétudes. Seraient-elles définies par un consensus international et gérées en abusant de toutes les formes de coexistence active, en particulier lors des conflits et des guerres?

Devrait-on commencer par résoudre la pathologie de nos indifférences afin de pouvoir sérieusement considérer, vivre, préserver et défendre la richesse des différences culturelles et religieuses?

Joe Acoury.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français