Le printemps arabe n’avait pas pour objectif d’établir des démocraties dans les pays Moyen-Orient. Son seul et unique objectif était de faire de Jérusalem la capitale de l’État d’Israël et de continuer le complot qui se trame contre les peuples de la région.

Avant la déclaration du Président Trump sur Jérusalem, il y a eu pas mal d’atrocités commises au nom de la Liberté. Nous avons vu une tension entre l’Iran et l’Arabie Saoudite qui s’est manifestée en des conflits armés par procuration entre des protagonistes appuyés par l’une ou par l’autre puissance régionale.

Nous avons assisté à la destruction d’une partie importante des États de la région pour pouvoir faire passer sans problème  la déclaration sur Jérusalem, capitale de l’État d’Israël. Les ÉTATS-UNIS ont tout fait pour neutraliser une éventuelle réaction militaire de la part des États du refus des comportements irrationnels d’Israël en y fomentant des troubles à n’en plus finir.

Au lieu d’avoir la capacité de tenir tête à Israël, ces États essaient de sortir de la situation déplorable dans laquelle ils se trouvent. Certains crient qu’ils ont réussi à mettre en échec le plan des Américains concernant la région du Moyen-Orient. Ils se trompent énormément s’ils croient que tout est terminé.

À mon humble avis, ça n’a pas encore  commencé. De nouveaux massacres sont en vue. De nouvelles destructions  s’annoncent à l’horizon. De nouveaux pays connaîtront des troubles plus violents que ceux auxquels nous avons assisté. La carte du Moyen-Orient semble évoluer. De nouvelles frontières vont être tracées. De nouveaux pays vont être créés sur base d’ethnies. Tout cela pour faire d’Israël, le gendarme du Moyen-Orient.

Que faire pour contrecarrer ce projet diabolique ? Il faudrait, à mon avis, que les  « dirigeants » des États de notre région prennent conscience de l’avenir sombre qui les attend, qu’ils s’unissent et qu’ils mettent de côté toutes leurs opinions divergentes sur les questions actuelles. C’est par leur union qu’ils peuvent empêcher même pacifiquement les États-Unis et Israël d’arriver à leurs fins.