Le dernier bilan du navire en partance de Minieh au Nord du Liban et qui aurait fait naufrage au large des côtes syriennes fait état de 53 corps repêchés sur les 55 personnes qui se trouvaient officiellement à bord, indique le ministre libanais des transports Ali Hammiyeh.

Un seul survivant aurait été depuis retrouvé, apprenait-on par ailleurs de source syrienne, les opérations se déroulant au large de l’ile d’Arwad, près du port de Tartous dans les zones territoriales maritimes syriennes.

La majorité des personnes à bord de ce navire seraient des ressortissants syriens et Libanais qui espéraient atteindre l’Italie. Cependant, la plupart des corps retrouvés ne comporteraient pas de carte d’identité.

Le ministre s’en est également pris à l’immigration clandestine “organisée” qui serait à l’origine de ces drames.

De nombreux navires ont quitté illégalement le Liban depuis le début officiel de la crise économique, il y a 3 ans avec comme destination, d’abord Chypre, puis la Grèce après que les autorités de ces 2 pays ont conclu un accord avec le Pays des Cèdres en vue de les refouler et maintenant l’Italie.

Des drames similaires ont déjà eu lieu, notamment lors d’une tentative de l’armée libanaise à intercepter un navire avec à son bord plus de 70 personnes et qui se trouvait être en mauvais état. Le naufrage de ce dernier, en avril, avait déjà provoqué une vive émotion.

Par ailleurs, en début de semaine, on était sans nouvelle d’un navire parti toujours illégalement du Nord du Liban à destination de l’Italie et qui présentait alors une grave avarie alors qu’il se trouvait au large des côtes de l’île de Malte. Il a été depuis secouru.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.