Le président de la commission de santé publique, le député Assem Araji a estimé à 70% la proportion de la population incapable d’acheter actuellement des médicaments suite à la hausse des prix de la grille tarifaire du ministère de la santé début de cette semaine. Cette hausse induit une levée partielle des subventions qui étaient jusqu’à présent accordées au secteur médical. Désormais, la Banque du Liban a réduit les subventions à hauteur de seulement 30 millions de dollars par mois au lieu de 130 millions de dollars, alors que le salaire médian est toujours de 1 500 000 LL, passant ainsi de l’équivalent de 1000 USD à moins de 100 USD par mois en moins de 2 ans.

Le parlementaire s’exprimait à l’issue d’une réunion avec le premier ministre Najib Mikati. Il indiquait que la levée des subventions était décidée sous certaines conditions. Cependant, la détérioration de la parité entre la livre libanaise et le dollar a amené à la situation dramatique vécue par de nombreuses personnes aujourd’hui.

Assem Araji estime par conséquent la situation actuelle comme étant inacceptable et aurait discuté avec le premier ministre d’un certain nombre de solutions en vue d’y remédier.

Parmi elles, le député à souligné la nécessité d’une augmentation des fonds alloués en dollars, chose abordée avec le gouverneur de la Banque du Liban également présent lors de cette réunion et un paiement aux entreprises pharmaceutiques à la parité de la plateforme électronique de la banque centrale en lieu et place de celui du marché noir comme actuelle, cela afin de réduire de 20% les prix des médicaments. Par ailleurs, le parlementaire a appelé à généraliser l’achat de médicaments génériques.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.