Baisse de la pollution aussi au Liban en raison du confinement lié au coronavirus

230
2 minutes à lire

Ceux qui sont équipés de trackers pour mesurer la pollution de l’air l’auront peut-être remarqué, la pollution de l’air au Liban a fortement diminué en raison du confinement de la population suite au coronavirus COVID-19. Un mal pour un bien en somme…

Plusieurs raisons à cela, la baisse des activités industrielles, ou encore plus simplement la baisse du trafic comme on peut le constater sur les routes libanaises désertées par le trafic quotidien. Même les corniches généralement bondées par les marcheurs sont désertées, avec des blocs de ciments qui en interdisent les accès.

Des études effectuées au Liban, concernant la pollution aérienne, semblaient indiquer que de nombreux cancers des poumons étaient attribués à des causes environnementales, notamment à la présence de particules fines, notamment autour des régions dites industrielles comme Chékaa ou encore les zones largement impactées par la pollution d’origine automobile comme Beyrouth et les localités environnantes.

Ce type de constat avait également été fait en Chine ou encore en Italie avec des images satellite de la Nasa qui avaient montré une baisse significative de la pollution sur le plan du dioxyde d’azote, relâché dans l’air principalement par les véhicules et les centrales thermiques Ce gaz peut causer des problèmes respiratoires tout comme le coronavirus COVID-19.

Lire également

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français