La polémique a pris une tournure encore plus personnelle ce jeudi 4 mars après la publication d’un communiqué du bureau du premier ministre désigné Saad Hariri accusant indirectement la Présidence de la République et du Président du Courant Patriotique Libre Gébran Bassil d’être à l’origine de la crise actuelle

Le bureau du Premier Ministre avait ainsi accusé Baabda et Gébran Bassil de vouloir “transférer la responsabilité de l’obstruction du président Aoun et du député Bassil au Premier ministre Hariri”, indiquant toujours attendre l’approbation pour la formation d’un gouvernement de experts, comme celui décrit lors de son discours du 14 février.

Gébran Bassil a répondu à Saad Hariri par un communiqué, l’estimant responsable pour le retard dans la formation d’un nouveau gouvernement.

Aujourd’hui, il est devenu évident que le Premier ministre désigné Saad Hariri n’est pas prêt à former le gouvernement pour des raisons externes connues,” estime le dirigeant du CPL avant d’estimer clair que des puissances étrangères – sans les nommer – seraient à l’origine de ce retard.

Aussi, Gébran Bassil accuse Saad Hariri de maintenir le processus de formation du cabinet en otage afin de pouvoir l’exploiter lors de ses visites à l’étranger. Pour rappel, Saad Hariri est actuellement aux Emirats Arabes Unis.

“Votre gouvernement promis est détourné et il ne sera possible de le récupérer que grâce à l’approbation de puissances étrangères ou à une révolution à l’intérieur du pays”, conclut-il.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.