La route Beyrouth Damas au niveau de la vallée de la Békaa. Crédit Photo: François el Bacha pour Libnanews.com. Tous droits réservés.
La route Beyrouth Damas au niveau de la vallée de la Békaa. Crédit Photo: François el Bacha pour Libnanews.com. Tous droits réservés.

Un mouvement de grève mené par les chauffeurs de taxi et de van a bloqué les accès de la ville de Chtaura dans la Békaa. Ils entendent ainsi protester contre les stations essence locales qui ne respecteraient pas la grille tarifaire publiée par le ministère de l’Energie et des ressources hydrauliques.

Ainsi, selon eux, le prix du bidon de 20 litres d’essence couterait localement 600 000 LL au lieu de 460 000 LL selon la tarification officielle

Cette information intervient alors qu’hier, de source médiatique, on indiquait que le ministre de l’économie Amin Salam a révélé devant la commission interministérielle en charge de prendre des mesures face à la hausse des prix des matières premières suite au conflit entre l’Ukraine et la Russie, que certaines stations essence écouleraient des stocks obtenus alors que les carburants étaient encore subventionnés par la Banque du Liban.

Ainsi, des bidons de 20 litres d’essence qui coutaient 40 000 LL à l’époque sont aujourd’hui présents sur le marché à plus de 450 000 LL. Cette fraude représenterait, selon le ministre plusieurs milliers de tonnes de carburants.

Pour rappel, la Banque du Liban a cessé de subventionner les carburants début septembre, amenant à une détérioration rapide des prix des carburants alors que les conditions sociales et économiques se sont dégradées depuis 2 ans. Plus de 82% de la population vivrait ainsi sous le seuil de pauvreté, soit avec moins de 6 USD par jour et 36% dans un état d’extrême pauvreté.

Si précédemment 85% des devises nécessaires pour l’achat de carburants par les sociétés importatrices étaient financées par la BdL via sa plateforme électronique Sayrafa – un nouveau taux de change qui se situe aujourd’hui aux alentours de 20 200 LL/USD alors que le taux de change officiel est toujours de 1507 LL/USD – et 15% restants devant être trouvés au marché noir, les autorités libanaises ont annoncé hier en fin de soirée que 100% des prix devraient être désormais pris en charge via Sayrafa.

Cette mesure vise à ainsi limiter les tensions sur le plan monétaire qui ont abouti à que la livre libanaise perde en quelques heures 15% de sa valeur face au dollar, passant au marché noir de 20 600 LL/USD à 23 800 LL/USD en début d’après-midi avant de se reprendre et de finir à 23 000 LL/USD en fin de soirée.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.