La frontière entre le Liban et Israël. Crédit photo: François el Bacha, tous droits réservés. Visitez mon blog http://larabio.com
Crédit photo: François el Bacha, tous droits réservés. Visitez mon blog http://larabio.com
2 minutes à lire

Des hélicoptères israéliens ont détruit durant la nuit par des tirs de missile des postes d’observation qu’ils attribuent au Hezbollah, suite à des tirs d’arme légère contre des troupes israéliennes présentes dans la zone, indique Tel Aviv.

Tel Aviv indique qu’aucun membre de ses forces n’a été atteint par ces tirs. Aucune tentative d’infiltration n’a été effectuée, indique également une source médiatique israélienne.

Durant la nuit, les habitants de la localité de Manara, toujours côté israélien, ont été appelés à se rendre dans des abris.

Durant cet incident, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu – qui fait face à de nombreuses manifestations en Israël; les manifestants réclamant son départ du pouvoir – s’est déplacé dans une base militaire située au Nord de l’état hébreu pour suivre sur place l’évolution de la situation.

Précédemment à la destruction de ces postes d’observation, les forces israéliennes ont tiré des obus éclairant au dessus de la localité de Mays al-Jabal, située au Liban, puis sur les routes partant de cette localité en direction des localités de Houla, Aytaroun et des collines Kfarshouba, zone occupée par les troupes israéliennes.

Depuis 2 semaines, les incidents frontaliers se multiplient au Sud du Liban, avec le franchissement, par des chars israéliens de la barrière technique séparant les 2 pays en guerre depuis 1948, notamment dans la localité de Mays el Jabal, il y a quelques jours.

Un incident grave à 2 jours du renouvellement du mandat de la FINUL

Cet incident frontalier intervient à 2 jours du vote concernant le renouvellement du mandat de la FINUL. Israël, soutenu par les Etats-Unis, souhaite un renforcement du mandat des forces internationales stationnées au Sud du Liban, leur permettant notamment de perquisitionner des propriétés privées sans en avertir préalablement les autorités libanaises, ce que Beyrouth considère comme étant une infraction à sa souveraineté nationale. Washington est allé jusqu’à menacer de suspendre le financement de cette force.

Ainsi, Beyrouth a réitéré hier son opposition à voir le mandat de la FINUL être modifié. Le Liban est soutenu dans cette démarche par la France et d’autres pays dont des contingents sont déployés au Sud du Liban. Paris a d’ailleurs présenté un projet de résolution renouvelant le mandat de la FINUL sans modification.

Israël considère que le mandat actuel des forces internationales n’a pas affaibli le Hezbollah, un mouvement qu’elle accuse de détenir plus de 130 000 roquettes capables de toucher l’essentiel de son territoire. L’expérience de combat du mouvement chiite s’est encore accru par son implication dans le conflit civil syrien où ses hommes ont combattu au côté des troupes russes et iranienne sur de nombreux terrains de batailles.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français