Le Commandant de l'Armée Libanaise, le Général Joseph Aoun. Crédit Photo: LebArmy.gov.lb

S’exprimant lors d’une réunion du Conseil Militaire et en présence de hauts responsables, le Commandant de l’Armée Libanaise, le Général Joseph Aoun a reconnu que l’institution militaire est également confrontée à la crise économique et financière que traverse actuellement le Pays des Cèdres, estimant que comme le peuple, celle ci impacte également les troupes.

Notant que cette crise a induit une paupérisation de la population via la perte du pouvoir d’achat touchant non seulement les salaires de la population active mais également les pensions des militaires, il a indiqué avoir mis en garde à plusieurs reprises les responsables politiques.

Concernant les incidents actuels, l’armée soutient la liberté d’expression pacifique qui est parrainée par la constitution et les pactes internationaux, mais sans empiéter sur la propriété publique et privée, indique le commandant de l’institution. Cette mission est cependant rendue plus difficile, le budget qui lui est allouée étant réduit d’année après année et les fonds disponibles seraient ainsi insuffisants avant la fin de cette année en dépit de la politique d’austérité mise en place.

Nous avons parlé avec les parties concernées parce que la question affecte le moral des soldats, mais malheureusement nous ne sommes pas parvenus à une conclusion, (…) ils s’en moquent. Les souffrances de l’armée ou des militaires.

Cependant, aucun cas de désertion n’a encore été signalé, note le Général Joseph Aoun en dépit des difficultés actuelles, estimant que pour l’heure, l’institution militaire poursuit ses missions et dénonçant les campagnes médiatiques et politiques la visant.

La situation est instable en raison de la crise économique et de ses implications et de la poursuite des menaces quotidiennes de l’ ennemi israélien et de Khroqath, en plus des cellules terroristes dormantes qui cherchent à exploiter la situation intérieure et les camps de déplacés syriens et de réfugiés palestiniens pour altérer la stabilité de la sécurité

Concernant la délimitation des frontières et la lutte contre la contrebande, le général Joseph Aoun note les réalisations actuelles, avec la mise en place de tours de surveillances en dépit des difficultés actuelles.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English العربية Deutsch Italiano Español

Comments are closed.