Le siège du Grand Sérail avant l'explosion du Port de Beyrouth.
Le siège du Grand Sérail avant l'explosion du Port de Beyrouth.

Aucun progrès n’a été constaté au niveau de la formation du gouvernement alors que le premier ministre désigné Saad Hariri devrait prochainement revenir au Liban après un court séjour en Turquie puis un retour à Abu Dhabi.

Son retrait est toujours sur la table après l’échec de l’initiative du président de la chambre Nabih Berri, initiative considérée comme instaurant un nouvel équilibre politique d’un tiers accordé aux communautés chrétiennes, sunnites et chiites au lieu d’un partage à part égal entre communauté musulmane et chrétienne.

Le différend porterait également sur l’attribution de 2 sièges chrétiens que souhaiterait obtenir le premier ministre Saad Hariri.

Cependant le retrait de sa candidature serait conditionné à ce que Saad Hariri puisse choisir lui-même le prochain locataire du Grand Sérail alors que la situation sociale et économique continue à se dégrader sur place.

D’autres sources accusent Saad Hariri temporise actuellement son arrivée au pouvoir en raison de l’aggravation de la situation économique. Ainsi, si un gouvernement devait être constitué prochainement, il devrait encore négocier avec le FMI avant de pouvoir recevoir l’aide internationale en cas de réussite de ces négociations. Parallèlement le risque de voir la situation dégénérer en raison des manifestations induites par la perte de valeur de la livre libanaise augmente actuellement. Pour rappel, la livre libanaise a perdu plus de 90% de sa valeur par rapport au dollar ces 2 dernières années.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.