Nouhad Machnouk. Crédit Photo: Dalati & Nohra
Nouhad Machnouk. Crédit Photo: Dalati & Nohra

Dans une déclaration publiée via twitter, l’ancien ministre de l’intérieur, Nouhad Machnouk a déclaré s’excuser de ne pas participer aux consultations parlementaires obligatoires menée ce lundi 26 juillet par la Présidence de la République en vue de nommer un nouveau premier ministre, estimant que cette désignation n’offre aucune perspective face à la crise actuelle.

Il estime ainsi que l’initiative française ne peut être appliquée au Liban, un pays qui ne pourrait pas même obtenir l’aide des autres pays arabes en raison “des spécifications actuelles”, allusion peut-être à la configuration politique et aux différends passés notamment concernant la répartition des différents portefeuilles ministériels.

Cette information intervient alors qu’ont débuté ce lundi 26 juillet, les consultations parlementaires obligatoires visant à nommer un nouveau premier ministre. Pour l’heure, l’ancien premier ministre Najib Mikati apparait comme étant le grand favori, avec notamment le soutien des 3 anciens premier ministres Tamam Salam, Fouad Saniora et Saad Hariri dont le bloc parlementaire du Courant du Futur, auquel appartient Nouhad Machnouk, s’est prononcé en sa faveur.

Il devrait ainsi recueillir 60 voix environ seulement en raison de l’absence du soutien des principaux partis chrétiens dont le CPL qui pourrait choisir l’ancien représentant du Liban aux Nations Unies, Nawaf Salam, et des forces libanaises qui ont annoncé leur abstention.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English العربية Deutsch Italiano Español