La Banque du Liban pourrait accorder un prêt de 200 à 300 millions de dollars à l’Electricité du Liban, indique le quotidien Al Akhbar dans son édition du 29 septembre, cela à la demande du gouvernement Mikati III. Pour rappel, le gouverneur de la Banque du Liban s’était jusqu’à présent opposé à voir accordé à l’EDL alors que le précédent gouvernement, celui du premier ministre Hassan Diab était au pouvoir.

Cette information contraste par rapport aux déclarations précédentes du gouverneur Riad Salamé, qui s’était, à plusieurs reprises, contredit ces derniers mois. Ainsi, il s’était engagé à poursuivre le programme de subvention à l’achat du fioul jusqu’à fin septembre contre une première hausse de la parité utilisée de 1507 à 3900 LL/USD puis à 8000 LL/USD pour ensuite refuser le financement de tankers de carburants, induisant les importantes pénuries qu’a connu le pays des cèdres ces derniers mois, estimant les réserves financières de la Banque centrale épuisées… une chose que ses déclarations remettent aujourd’hui en doute.

Côté EDL aussi, la Banque du Liban est allée jusqu’à refuser la conversion des livres libanaises issues des abonnements privés en devises étrangères à l’institution publique. Celle-ci souhaitait ainsi financer l’achat de fioul et de pièces détachées nécessaires à l’entretien de ses centrales.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.