La Ministre du Travail Lamia Yammine Douaihy s’est adressée en ce premier mai aux travailleurs libanais pour leur rendre hommage.

Ces propos ont été tenus au lendemain de l’annonce par le gouvernement du plan de sauvetage économique qui prévoit une dévaluation de la livre libanaise à hauteur de 3500 LL/USD puis un flottement de la monnaie locale dans les années à venir afin de renforcer la compétitivité économique du Pays des Cèdres.

Le discours de la ministre du travail

Le 1er mai, un hommage devrait être rendu à tous les travailleurs libanais pour le rôle efficace qu’ils jouent dans l’édification de la société.
La situation est difficile, surtout après le déclenchement de l’épidémie du Coronavirus. Le taux de chômage a augmenté. Des travailleurs ont été licenciés et les institutions ont été fermées.
Le gouvernement s’efforce de prendre des décisions à tous les niveaux pour contenir cette crise.

Mais cela ne suffira que si nous ne oeuvrons pas main dans la main pour faire face aux conditions difficiles.

Il est aujourd’hui est plus que jamais nécessaire de parier sur les mesures économiques et financières que le gouvernement a commencé à mettre en place pour rétablir la confiance envers le Liban et ainsi obtenir de meilleures conditions de vie et l’accès à la stabilité sociale.

Depuis que j’ai assumé les fonctions du ministère du Travail, j’ai poursuivi la politique de protection de la main-d’œuvre libanaise et de la continuité du travail. Je suis sûr que les travailleurs libanais sont le nerf principal et la force vive pour sauver ce pays.

C’est pourquoi j’appelle aujourd’hui les syndicats et les syndicats à rétablir leur rôle dans ce domaine.

Dans ce contexte difficile, le ministère a élaboré un plan d’urgence visant à protéger la main-d’œuvre, à ne pas transiger dans la protection des droits des travailleurs, à activer le service d’inspection (du travail) et à organiser et protéger les travailleurs étrangers.

Dans le même contexte, j’ai soumis cette semaine à la commission parlementaire de la santé, du travail et des affaires sociales, plusieurs propositions pour faire face à la crise liée à la fermeture des institutions.

Il s’agira notamment d’une initiative pour motiver les employeurs à maintenir les contrats de travail en contribuant au paiement d’une partie des contributions via un don ou un prêt.
Aussi, des mesures destinées aux personnes qui ont quitté le travail à partir du 18 octobre 2019 seront mises en places.
Enfin un projet vise à créer un fonds d’autonomisation sociale afinde soutenir le peuple libanais face au chômage et des crises émergentes comme celle liée au coronavirus.

Nous sommes en train d’actualiser le droit du travail pour pouvoir faire face à des crises similaires de manière efficace et flexible.

Nous appelons au dialogue socio-économique à la lumière de la crise actuelle, pour que le citoyen et le travailleur en particulier ne restent pas le maillon le plus faible.

Il s’agit également d’activer l’institut national de l’emploi pour qu’il puisse jouer le rôle qui lui est assigné au sein de l’organisation du marché du travail et de la lutte contre le chômage

Il devra offrir des opportunités d’emploi tout en lançant des programmes de formation pour relever le niveau de la main-d’œuvre.

Je réitère mes félicitations aux travailleurs pour leur Aïd et je m’engage à poursuivre ma mission de les protéger.

Travaillons ensemble pour relever les défis d’un avenir meilleur.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.