Les banques accusées de violer la réglementation sur les devises étrangères (Média)

116
Moins d'une minute de lecture

Un article publié par le site Al Modon Online accuse l’association des banques libanaises de participer au marché noir et implicitement par conséquent à la dévaluation de la livre libanaise.

L’article en arabe d’Al Modon Online

Le site publie ainsi une circulaire de l’Association des Banques du Liban et non de la Banque du Liban comme cela devrait être le cas, mettant en place son budget prévisionnel pour 2021 au prorata du budget de chaque établissement bancaire comme cela est dans les normes mais également en dollars locaux et en dollars en provenance de l’étranger, chose nouvelle, ce qui n’est pas dans la norme.

Ce budget couvre normalement les publications, les salaires des membres de l’association mais également les campagnes publicitaires et les autres dépenses.

L’interrogation demeure donc sur l’utilisation de ces dollars frais qui ne pourraient qu’intégrer le marché noir, estime ce site.

Selon les réglementations actuelles, il est interdit d’assimiler le dollars frais au dollar local tout comme il leur est interdit de fixer un taux de change différents entre dollars locaux et dollars en provenance de l’étranger, note le site, qui appelle par conséquent la Banque du Liban à publier une circulaire à ce sujet.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français