Moins d'une minute de lecture

En dépit du démenti publié ce matin par la Banque du Liban au sujet de l’imposition d’un contrôle des capitaux sur les dépôts en livre libanaise, de nombreuses banques locales ont commencé à limiter le montant des retraits disponibles pour leur clientèle, certaines à un maximum de 2 millions de livres libanaises et d’autres à 4 millions de livres libanaises.

D’autres établissements indiquent qu’ils pourraient procéder de même en cas de panique bancaire ou encore de retraits importants et illogiques.

Précédemment, le montant pouvant être retiré atteignait généralement 25 millions de livres libanaises.

Certaines sources indiquent que la Banque du Liban souhaiterait ainsi réduire la masse monétaire et ainsi réduire la spéculation contre la livre libanaise et en faveur du dollar. Cependant, cette décision de la banque centrale pourrait plutôt encore affaiblir la monnaie locale en amoindrissant plus encore le peu de confiance du public envers les établissements financiers qui avaient déjà imposé de manière unilatérale un contrôle des capitaux sur les devises étrangères dès novembre 2019.

Cette information intervient également alors que la Banque du Liban aurait injecté jusqu’à 113 000 milliards de livres libanaises en 10 mois, soit une somme plus importante que celle injectée entre 1977 à 2019 et équivalente à 75 milliards de dollars au taux officiel de 1507 LL/USD ou 14 milliards seulement au marché noir.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.