Moins d'une minute de lecture

Les Libanais se comportent comme une autruche qui tombe nez à nez avec un loup; La stratégie de l’autruche et son déni de la réalité la précipite tout naturellement dans la gueule du loup.

Nos loups nous gouvernent et nous grignotent tranquillement depuis des décennies. Certains d’entre nous flirtent avec les loups gris et crient aux loups garous, d’autres font exactement l’inverse en accusant fermement les loups gris.

Et c’est ainsi qu’un jour on racontera à nos petits et arrières petits-enfants l’histoire d’un pays qui n’existe plus, puisque son peuple pourtant réputé futé et rusé fut lamentablement paralysé par le repli confessionnel, l’ingérence des religieux dans les affaires politiques, le racisme primaire entre compatriotes et le rejet de l’autre.

Certains libanais sont persuadés que vivre ensemble n’est plus possible, d’autres croient détenir le monopole du patriotisme et oublient qu’ aucune des communautés libanaises n’a le droit de dicter sa loi aux autres.

L’impasse économique que vit le Liban, la puissance de la mafia politique et banquière, les faux débats politiques, le bras de fer IRAN/USA&Arabie, le problème des réfugiés et la guerre en Syrie risqueront de provoquer une troisième guerre civile libanaise qui éliminerait définitivement l’espoir de construire un Liban souverain sur l’ensemble de ses 10452 km², un Liban laïc, démocratique, indépendant et doté d’une seule et unique armée nationale capable de protéger ses frontières et ses ressources menacés par les loups de l’intérieur et de l’étranger.

Mais peut-être qu’un jour, un général libanais prononcera ces mots : Beyrouth outragée ! Beyrouth brisée ! Beyrouth martyrisée ! Mais Beyrouth libérée !

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.