Jean Yves Le Drian, photo origine Wikipedia
Jean Yves Le Drian, photo origine Wikipedia

Monsieur le Président,

Lorientais comme vous, je suis naturellement préoccupé par le devenir de notre pays tout comme par celui de notre chère Région ! Comme vous le savez, le tourisme constitue un élément essentiel, pour ne pas dire le fleuron, de notre activité économique, un secteur dynamique, toujours en expansion, en raison du formidable développement des transports et des communications, au point que le Ministre des Affaires étrangères, M. Laurent Fabius l’a rattaché à son propre ministère… Cette activité-là, source de création d’emplois, contrairement à celle des armes, a besoin de la paix, une paix durable (et non épisodique), et d’un climat de sécurité à l’intérieur des pays visités, ces deux conditions étant absolument indispensables pour en assurer le succès. Or, force nous est de constater qu’une guerre interminable, entre pays, doublée désormais d’une guerre civile qui prend l’allure d’une guerre de religions, sévit notamment tout autour de la Méditerranée, condamnant nombre de ces pays, sur les deux rives, à un désastre économique auquel les populations tentent d’échapper par une émigration massive vers des pays censés être plus en « forme » mais qui ne sont pas en mesure de les accueillir décemment, et qui, à leur tour, risquent de sombrer, tels des navires surchargés !

Monsieur le ministre, je me permets de vous dire que le gouvernement auquel vous appartenez est largement responsable de cette situation désastreuse ! Votre ami, Monsieur Hollande, a commis une tragique erreur en embarquant notre pays dans cette guerre de religions opposant à l’intérieur de l’islam les sunnites aux chiites, les monarchies arabes du Golfe à l’Iran des Ayatollahs, réveillant en Turquie des ambitions que la France et l’Angleterre avaient, avant, pendant (Accords Sykes-Picot) et à la fin de la première guerre mondiale, décidé d’annihiler en se partageant notamment la grande Syrie qui s’étendait alors de Saint-Jean d’Acre à Bassorah ! Sans consulter le peuple français, ni même les adhérents du parti socialiste, auquel vous appartenez, le Président de la République nous entraîne dans cette guerre aux côtés des monarchies du Golfe. Est-ce par ignorance, ou incompétence ? Ou bien, plus grave encore, dans la perspective de sa réélection (improbable) de 2017, a-t-il voulu forcer le destin en s’alliant avec le gouvernement d’Israël lequel a passé alliance avec ces mêmes monarchies (sunnites) du Golfe pour tenter d’abattre le Hezzbollah, qui campe sur sa frontière au Liban, et le président syrien Bachar el-Assad, tous deux d’obédience chiite ? Une guerre qu’Israël gagnerait avec la participation et le soutien de la France (première vendeuse d’armes au monde depuis que nous avons un  gouvernement « socialiste » – mais je ne vous apprends rien !) qui lui permettrait d’annexer de nouveaux territoires et de régler définitivement (?) le problème palestinien par l’absorption des territoires déjà occupés depuis 1967, tandis qu’en France notre cher président, fort de cette alliance proche-orientale, « doublement intéressée », parviendrait à se maintenir à l’Élysée ? Et vous, monsieur le Président de la Région Bretagne, vous avez déclaré que vous seriez l’exécutant fidèle de ce président tant qu’il vous le demanderait ! Est-ce à dire que vous acceptez de voir la France partir en guerre contre le gouvernement syrien et celui de Téhéran, toux deux soutenus par le gouvernement de la Russie ? Si tel était le cas, nous serions en droit de combattre par tous les moyens le gouvernement de Monsieur Hollande (pour qui j’ai voté, je vous le signale en passant, il est vrai, pour en finir avec son prédécesseur !) dans lequel vous occupez un poste ministériel qui deviendrait, ipso facto, le « ministère de la guerre » !

Mais je ne peux imaginer un seul instant que vous, le militant CFDT et socialiste d’hier, naturellement partisan de la paix, soyez devenu un va-t-en-guerre ! N’est-ce pas ce brave Jaurès qui disait « on croit mourir pour la patrie, et l’on meurt pour les marchands d’armes » ? Ce que je vous propose, c’est un véritable recyclage dans un processus de paix, une véritable alternative à cette politique belliciste.  Car il est encore possible d’enrayer l’engrenage de la guerre, dont on voit bien qu’elle pourrait finir, comme les deux précédentes, par une guerre mondiale !

En tant que Président de Région, vous pouvez apporter votre soutien à notre projet d’autant que celui-ci prend naissance dans le pays de Lorient qui rassemble, comme vous le savez, 25 communes, autour d’un port fondé en 1666 par Colbert, ministre de Louis XIV, pour lancer la France vers l’Outre-Mer, une ville que vous connaissez bien puisque vous en avez été le Maire pendant de nombreuses années ! Mais aujourd’hui, par la faute de nos derniers gouvernements (de « gauche » comme de « droite ») notre pays tout entier est enlisé dans une crise sans précédent, une crise mortelle qui n’épargnera pas la Bretagne ! Cette crise, en effet, marquée par un chômage de masse, risque de déboucher sur une guerre civile doublée d’une guerre de religions ! Et en Bretagne, nous sommes bien placés pour savoir ce que cela signifie… Les partis de gouvernement paralysés par leur aliénation « eurocratique » sont impuissants face à cette crise aux dimensions mondiales. Aussi pensons-nous que la reconstruction d’une société adaptée au Nouveau Monde peut démarrer à la base, en Régions, notamment ici à Lorient, en Bretagne, en commençant par le combat pour la paix au Proche-Orient, un préalable incontournable, les deux rives de la Méditerranée, celle du Nord et celle du Sud étant vouées soit à s’opposer, soit à s’allier dans un vaste ensemble économique eurafricain, élargi naturellement à l’ensemble asiatique dans lequel le tourisme, un tourisme de type nouveau que l’on peut qualifier de « découverte et de la connaissance des autres » aidera à bâtir une coexistence pacifique entre les peuples, et principalement entre les jeunes, en cimentant des liens de solidarité entre tous…

Voilà pourquoi nous sommes déterminés à faire de la francophonie une arme pour la paix, du seul fait que la plupart des pays francophones sont en Afrique, et qu’au Proche-Orient un pays comme le Liban, ami de toujours de la France, pratique encore notre langue, et qu’elle conserve de beaux restes dans les autres pays de la Méditerranée, sans oublier ailleurs les DOM-TOM,  le Canada, la Belgique, la Suisse… Ce qui a fait d’elle une « langue de travail » à l’ONU, et qu’il serait peut-être bon de s’en souvenir dans cette période de l’histoire où le sort de la paix se joue (une fois de plus) dans une région du monde qui nous est voisine, et même intrinsèque à notre propre histoire ! Nous avons donc l’ambition de regrouper à Lorient un « centre de réflexion et de proposition » pour la paix dans le but d’enrôler l’ensemble des pays francophones et l’Organisation internationale qui les rassemble (l’OIF), actuellement présidée par une Canadienne, d’origine haïtienne, Mme M. Jean, dans un vaste mouvement pour la paix au Proche-Orient ! Cette action étant consolidée par la création d’un Marché Commun francophone soudé bien évidemment par la relance du tourisme, une activité essentielle pour l’ensemble de nos pays dispersés à travers le monde, gravement entravée par les attentats terroristes que seule une offensive diplomatique, concertée et déterminée d’abord à l’intérieur du monde francophone, notamment avec nos amis du Liban et ceux d’Afrique, parviendra à éradiquer définitivement !

Pour cette raison, nous avons demandé à Dominique de Villepin de s’engager à nos côtés, et pourquoi pas ?, de présider ce Centre international pour la paix à Lorient, eu égard à son passé d’opposant, au temps de la présidence de Jacques Chirac, à l’interventions militaire US en Irak, et du prestige international qu’il en retira pour le plus grand bénéfice de la France. (Vous pouvez prendre connaissance du contenu de la lettre que je lui ai adressée, sur mon blog Les défis de Gabriel Enkiri ou sur le site libnanews). Vous voici à votre tour sollicité pour accorder votre appui, avec l’adhésion de la Bretagne, à une initiative qui vous permet de montrer à tous les Français que les clivages « gauche-droite » sont périmés, en Bretagne comme ailleurs, et qu’il s’agit maintenant d’inventer un Nouveau Monde où tous les peuples prendront leur place, la paix ayant été solidement amarrée… au port !

Dans l’espoir d’avoir été entendu et compris, je vous prie d’agréer, monsieur le président, l’expression de mes sentiments les plus respectueux, et je saisis l’occasion d’adresser, à travers votre personne, mes meilleurs voeux pour 2016 à tous les Bretons, d’ici et d’ailleurs  !

Gabriel Enkiri

1 COMMENTAIRE

  1. On peut pas dire que vous baignez dans l’objectivité et on comprends très votre votre appartenance. Mais ce n’est pas facile de faire la part des choses entre les Libanais qui se plaignent toujours du manque d’intervention des puissances étrangères et ceux qui en veulent plus. Le constat est en tous cas très net la situation du Liban est que ce n’est pas un pays ni un peuple mais une bande d’assistés qui passent leur temps à commenter et à se faire couillonner (pour être poli) depuis plus de trente ans les hommes politiques de quelque bord que se soit se foutent totalement du peuple et la population continue a voter pour ces voyous. Et beaucoup de citoyens regrettent le départ des Français, car même si tout n’est pas parfait en France au moins il y a un semblant d’ordre et le Ministre de la défense Française est un exemple

Comments are closed.