Dans sa dernière édition en date, le journal Al Joumhouria a indiqué sur la base des déclarations faites par l’une de ses sources, que les services de renseignement de l’Armée Libanaise auraient fait échouer une attaque terroriste visant un important centre touristique de la capitale Est de Beyrouth la semaine dernière. Le journal ne donne cependant pas plus d’informations sur le site visé.

Les terroristes auraient ainsi planifié une double attaque dans une région majoritairement chrétienne de Beyrouth. Deux personnes suspectées auraient également été arrêté dans le cadre de cette enquête et auraient révélé d’importantes informations concernant les motifs et les méthodes des attaques planifiées contre le Pays des Cèdres.

Une cellule terroriste avait déjà été démantelée le mois dernier. Le Ministre de l’Intérieur, Nouhad Machnouk avait confirmé que ses membres, sympathisants de l’organisation terroriste Daesh, envisageaient déjà d’attaquer un certain nombre de lieux touristiques tels que des cafés et boites de nuit de la partie Est de la Capitale, ainsi que l’Eglise de Mar Michael dans la Banlieue Sud de Beyrouth. Ses membres, avait affirmé le Ministre, prenaient directement leurs ordres de Raqqa, siège de Daesh.

Cette information intervient alors des rumeurs circulent au Liban sur de possibles attaques terroristes visant notamment les régions chrétiennes. Des services de renseignement occidentaux avaient déjà mis en garde les autorités libanaises, au cours des mois précédents contre de telles attaques, estimant que les organisations terroristes d’Al Nosra et de Daesh pourraient être tentées d’élargir le conflit civil syrien au Liban. Ils viseraient ainsi à provoquer des incidents à caractère confessionnel via des attaques terroristes contre les zones chrétiennes et chiites.

Ces révélations interviennent alors que le village à majorité grec-catholique de Qaa dans la Békaa-Est a été touché par un double attentat ce dimanche. Une première attaque terroriste effectuée par 4 kamikazes a coûté la vie à 5 personnes et avait fait 15 blessés alors que la deuxième vague de kamikazes, arrivée à moto, visait l’Eglise de la localité et les bâtiments municipaux dans la nuit. Cette deuxième attaque n’aurait fait aucune victime.

Les informations préliminaires auraient révélé que les 8 kamikazes – dont 7 seraient déjà identifiés, 3 étant des ressortissants syriens – n’auraient aucun lien avec les réfugiés syriens présents dans les camps situés à proximité. Ils seraient parvenus en territoire libanais via les voies légales. Ils appartiendraient à une cellule terroriste de 17 individus dont des personnes tout juste recrutés par cette organisation. De son côté, l’Armée Libanaise a perquisitionné de nombreux camps de réfugiés syriens tant dans la Békaa que dans le Nord Liban, procédant à l’arrestation de 200 personnes et la séquestration de motocyclettes.

Les autorités libanaises, par l’intermédiaire du Premier Ministre Tamam Salam, n’ont pas exclu la possibilité de nouvelles attaques terroristes au cours des prochains mois.