En ce 52ème jour de manifestation, un autocar est parti ce matin et a parcouru le Liban du Sud, depuis la localité de Kfar Roumane, au Nord, à Tripoli. Accompagné par un convoi de voitures, il s’agissait, selon les organisateurs de cet évènement, d’amplifier un message de cohésion et d’unité nationale dans l’ensemble du Pays.

Les participants à cet évènement se sont ainsi arrêtés en différents points de rencontre, Saïda, le centre-ville de Beyrouth, Jal el Dib, Jounieh, Byblos, Batroun et Tripoli

Une marche contre le Harcèlement à Beyrouth

À Beyrouth, plus de 1 000 personnes se seraient ainsi rassemblées pour une marche allant de Hamra à la Place Riad el Solh pour dénoncer le harcèlement sexuel. Pour rappel, une plainte a été déposée cette semaine à l’encontre d’un résident de Hamra qui est accusé d’avoir sexuellement harcelé plus d’une 50ène de femmes dont certaines étaient même mineures.

Lire également

Les manifestants ont également dénoncé le fait que les femmes ne puissent transmettre la nationalité libanaise à leurs enfants en cas d’union avec un étranger et améliorer les conditions de représentation des femmes au sein des administrations publiques

Walid Joumblatt visé par une manifestation à Sibline dans le Chouf

Une manifestation a été organisée devant les grilles de Sibline, le producteur de ciment situé au niveau du Chouf et qui appartiendrait à Walid Joumblatt. Les protestataires accusent ce dernier d’avoir volontairement contaminé l’environnement, amenant à une augmentation des cancers sur les lieux.

Pour rappel, d’importantes manifestations sont organisées au Liban depuis la nuit du 17 au 18 octobre 2019. Les manifestants réclament le retrait de la classe politique accusée d’être corrompue et d’avoir mené le Pays des Cèdres à la quasi-faillite avec un taux d’endettement qui atteint 154% du PIB.

Après avoir obtenu la démission du Premier Ministre Saad Hariri le 29 octobre 2019, les protestataires rejettent également la candidature de Samir Khatib, un homme d’affaire, pour la constitution d’un cabinet politico-technocratique. Ils réclament la constitution d’un gouvernement exclusivement technocratique alors que ce lundi, devrait être organisé, par la présidence de la république, les consultations obligatoires pour désigner le prochain locataire du Grand Sérail

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français