Nombreux ont été les dans les travaux préparatoires du Sommet Économique de la Ligue Arabe qui se tient à Beyrouth au Liban à partir de ce 20 janviers tant internes qu’externes.

Parmi les dossiers chauds, la question des participations syriennes ou libyennes à ce sommet. Ces dossiers pourraient être à l’origine de l’absence de nombreux chefs d’état à cette réunion.

Pour l’heure, seuls l’Emir du Qatar, Tamim bin Hamad Al-Thani, et le Président de la Mauritanie, Mohamed Ould Abdel Aziz, ont fait le déplacement. Le Qatar rompt ainsi son isolement diplomatique au sein des pays membres de la ligue suite à son bras de fer avec l’Arabie Saoudite, quant à elle, quasi absente à ce sommet.

La question de la présence syrienne toujours problématique

Les travaux préparatoires du sommet économique de la Ligue Arabe ont été marqué par de nombreux incidents. Au Liban, les partis politiques pro et anti syriens se sont disputés sur l’opportunité d’inviter la Syrie. Le Ministre des AF étrangères Gébran Bassil avait ainsi officiellement appelé la Ligue Arabe à réintégrer Damas, exclu depuis le début de la guerre civile en 2011.

Cette initiative du Ministre des Affaires Etrangère a cependant échoué faute de consensus interne, indiquent certaines sources. Gébran Bassil a cependant rappelé ses positions à ce sujet, estimant que l’exclusion prolongée de Damas constitue une faute historique devant les autres ministres des affaires étrangères des pays membres de la Ligue Arabe.

Certaines sources avaient également indiqué que le refus des pays membres de la Ligue Arabe était également motivé par des pressions américaines.

Pour l’heure, le secrétaire général de la Ligue Arabe, l’égyptien Ahmed Aboul Gheit, a indiqué que cette présence ne fait pas l’objet d’un concensus au sein de son organisation. Cette déclaration a été faite à l’issu d’une réunion à porte close des différents ministres des pays membres de la ligue.

Autre incident, toujours sur la question syrienne, celle du retour des réfugiés. Une querelle sur l’agenda entre Beyrouth et certains pays arabes est apparue après que ces derniers aient exigé l’inclusion du mot mot volontaire. Les autorités libanaises estiment que cela induirait à la quasi installation des réfugiés sur son sol.

Les incidents diplomatiques avec la Libye à l’origine du retrait de la participation de certains chefs d’état selon Gébran Bassil

Le Ministre des AF s’est également exprimé sur l’absence de nombreux chefs d’état à ce sommet, estimant que comprendre ces derniers en raison faisant allusion aux incidents diplomatiques qui ont eu lieu entre le Liban, pays hôte, et la Libye.

Le secrétaire général de la Ligue Arabe a, indirectement, confirmé que ces incidents sont à l’origine de l’absence de nombreux dirigeants de pays arabes.

À l’origine de ces incidents, la disparition en 1978 de l’Imam Moussa Sadr, fondateur du Mouvement Amal du Président de la Chambre, Nabih Berry.

Pour rappel, la semaine dernière, les partisans de ce dernier ont brulé un drapeau libyen à Beyrouth, pour protester contre la présence de ce pays au sommet économique de la Ligue Arabe. À Tripoli en Libye, des manifestants ont alors saccagé la représentation diplomatique libanaise.

Après que la Libye ait annoncé son boycott de ce sommet, plusieurs pays arabes ont décidé de l’envoi d’une représentation d’un niveau moins élevé.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.