Depuis le perron de Dar el Fatwa, siège du Moufti de la République Abdoul Latif Daryan, le Ministre de l’intérieur Nouhad Machnouk a répondu aux rumeurs faisant de Bahaeddine Hariri le candidat de l’Arabie Saoudite à la tête du Courant du Futur, en lieu et place de son frère Saad Hariri que le Liban considère comme étant détenu par Riyad.

Machnouk a indiqué que les libanais en sont pas de « moutons ou un terrain dont on transfère la propriété d’une personne à une autre » et que la politique libanaise est effectuée en fonction d’élections et non de serments d’allégeances. Il a cependant indiqué que ces informations ne sont pour le moment pas vérifiées ou discutées de manière sérieuse.

« Nous avons élu Saad Hariri comme Premier Ministre en 2005 parce qu’il était le fils du Premier Ministre martyr Rafic Hariri, alors qu’en 2009, il a été élu par les libanais avec ses expériences, fautes, ses bons agissements et ses capacités. »

Le Ministre a poursuivi en indiquant que les auteurs de ces rumeurs ignorent ce qu’est le Liban ou sa nature, son environnement, sa politique et son système démocratique.

Le Ministre a également appelé au retour de Saad Hariri d’Arabie Saoudite.