Najib Mikati, actionnaire des banques ne peut pas défendre les déposants (Rami Olleik)

275

S’exprimant à la veille de la manifestation organisée à l’appel de l’association “Cri des déposants” devant l’ambassade de France pour réclamer des pressions françaises en vue de débloquer les fonds des banques libanaises, l’activiste Rami Olleik s’en est vivement pris au premier ministre Najib Mikati, soulignant que ce dernier est également actionnaire des banques.

Comment faire en sorte que le chef du gouvernement partenaire des banques à l’origine de la crise actuelle défende les droits des déposants, s’interroge l’avocat avant de pousuivre estimant qu’à ce titre, le premier ministre possède un conflit d’intérêt “interdit moralement et juridiquement”, afin de protéger le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé.

Rami Olleik souligne que de nombreuses personnes souffrent de la situation actuelle, notamment les patients qui sont dans l’incapacité de retirer les fonds nécessaires à l’achat de médicaments ou les étudiants incapables d’honnorer les frais de scolarité pour leurs études à l’étranger.

Il estime ainsi que les banques libanaises étaient des cibles légitimes en vertu du droit légitime de la défense publique en vertu de les législations actuelles.

La manifestation qui se déroulera ce vendredi vise donc à restaurer les droits des déposants par des moyens légitimes et légaux et préparer ainsi les procédures légales qui pourraient suite. Rami Olleik appelle toutes les personnes souhaitant oeuvrer à cela à le contacter.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.