Le Patriarche Maronite Béchara Boutros Raï depuis le perron du Palais Présidentiel de Baabda. Crédit Photo: Dalati & Nohra
Le Patriarche Maronite Béchara Boutros Raï depuis le perron du Palais Présidentiel de Baabda. Crédit Photo: Dalati & Nohra

Le Patriarche Maronite Béchara Boutros Rahi a appelé l’état à soutenir le secteur agricole en raison de la crise économique, lors de son sermon dominical.

Le Patriarche a également dénoncé la hausse importante des prix des denrées alimentaires et la détérioration de la parité entre Livre Libanaise et dollar. Il a rappelé que le Liban dépend des importations pour 70% des besoins alimentaires.

Le Prélat a indiqué qu’une réunion a été organisée par le patriarcat en avril 2019, avec les diocèses, les congrégations religieuses et le directeur général du ministère de l’agriculture pour l’utilisation à des fins agricoles des terres de l’Eglise maronite. L’objectif de ce plan est d’assurer l’autosuffisance alimentaire du pays. Il a également indiqué que les personnes possédant des terrains pourraient également bénéficier de l’aide l’institution religieuse.

Abordant la question de la lutte contre la corruption, le patriarche maronite s’est interrogé sur la mise en examen et l’arrestation des personnes impliquées dans certaines affaires, allusion au dossier des scandales du fioul frelaté ou encore de la manipulation du cours de la livre libanaise et dollar.

Comment peut-on accuser et arrêter en même temps sans entendre la personne suspecte (…) Notre système est-il passé d’une démocratie qui accorde aux citoyens tous leurs droits civils et légaux en un système de police, un régime dictatorial qui a renversé le premier principe dans la vie de chaque nation:La justice est la base du jugement?

Le patriarche s’est également interrogé sur le report des nominations judiciaires.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.