On ne peut prévenir, engager et soutenir des dispositions et des stratégies pro-actives en temps de crises avec des politiques d’attentes. Celles qui se  basent sur le cumul des nécessités, l’effervescence des réactions en derniers recours et le recours aux contre-réactions pour des solutions éphémères.

Nous entendons des discours de certains responsables religieux qui demandent aux ministres et aux divers responsables civils d’assumer leurs responsabilités, de lutter contre la corruption, de répondre au plus tôt aux droits essentiels des gens et de s’occuper de tous ceux qui souffrent d’insupportables fardeaux .

Cependant, les serviteurs de Dieu enseignent et agissent autrement. Leurs privilèges se composent de prières, « Dans vos prières, ne rabachez pas comme les païens: ils s’imaginent qu’en parlant beaucoup, ils se feront mieux écouter » ( Mt 6, 7) et d’actes, afin de secourir les faibles par le dépouillement matériel et le dévouement inconditionnel.
L’idéal pour le médecin est d’appliquer dans sa vie professionnelle le soin aux patients selon  l’engagement au serment d’Hippocrate, rien de moins. Le quotidien pour un clerc est de servir les hommes pour faire la Volonté de Dieu, rien de plus.

COMMENTER

Please enter your comment!
Entrer votre nom ici