Le juge Jamal al-Hajjar a annoncé l’annulation d’un premier jugement où la peine de mort avait été prononcée en novembre dernier contre Tarek Houshieh suite à l’assassinat d’une diplomate britannique, Rebecca Dykes, sans en donner les raisons précises, indique une dépêche de l’Agence Nationale d’Information (ANI), ce jeudi 20 février.

Pour rappel, aucune peine capitale n’a été appliquée au Liban depuis 2004.

Une nouvelle session aura lieu le 5 mars prochain.

Pour rappel, le corps d’une femme d’une trentaine d’année, étranglée et violée avait été retrouvé en décembre 2017 au niveau de l’autoroute rapide du Metn au niveau de Nahr al Mott. Après appel à témoin lancé par les Forces de Sécurité, il s’agissait d’une fonctionnaire de l’Ambassade de Grande Bretagne au Liban du nom de Rebecca Dykes, qui avait été identifiée par ses collègues. D’abord désigné par ses initiale, Tarek Houshieh, chauffeur de la société Uber avait été rapidement identifié comme étant l’assassin. Des vidéos montrent la victime forcée de monter à l’intérieur du véhicule du suspect après avoir quitté un pub du quartier branché de Gemmayzeh où elle se trouvait avec une amie. Il l’aurait ensuite violée avant de l’étouffer et de jeter son corps dans le lit du fleuve de Nahr al Mott.

Lire également

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.