Selon M. Berry, en suspendant d’un mois les réunions de la Chambre suite au recours à l’article 59, le chef de l’Etat « devrait » encore un mois de législature ordinaire en compensation car l’exécutif n’aurait pas le droit d’écrouter les sessions ordinaires.

Par contre le législatif aurait le droit de renouveler sa législature de plus de 4 ans sans même voter une loi électorale. Combien de sessions ordinaires cela fait-il ?

Selon le raisonnement du président de la Chambre le Parlement actuel devrait donc plus de 4 ans aux libanais. Qui compensera aux électeurs les deux prorogations successives et les deux ans de fermeture de l’Assemblée nationale ?