« Regards sur Beyrouth » une odyssée en image dans le Beyrouth d’antan

55

Le retour sur la scène culturelle beyrouthine du Musée Sursock à l’issue de huit ans de travaux de rénovation a été marqué d’une pierre blanche par un bel éventail d’événements au cœur du palais, avec l’exposition phare annoncée en début d’année et tant attendue par les aficionados de l’Histoire et de la géographie de la capitale libanaise « Regards sur Beyrouth : 160 ans d’images »*.

C’est le deuxième sous-sol du Musée qui sert d’écrin à ce réceptacle de quelques deux cents images en tous genres d’une époque bien révolue, qui happe le visiteur telle une machine à remonter le temps dès qu’il entame son périple dans les vastes allées de l’exposition. Un florilège de peintures à l’huile, d’aquarelles, de gravures, le plus souvent inédites, signées par des peintres voyageurs ; ainsi que de photographies et de cartes illustrant le Beyrouth d’antan, encore à l’intérieur de ses murailles aux sept portes, avec son château de la mer, son marché, ses places publiques, ses habitants et leurs costumes singuliers, son port accueillant maintes flottes, ses clochers et ses minarets, mais surtout ses bâtiments énigmatiques aujourd’hui disparus, mais qui continuent à exister dans cet univers pictural.

Cette exposition, orchestrée par Mme Sylvia Agémian, conservatrice adjointe du Musée Nicolas Sursock, réunit plus de deux cents œuvres de collections privées libanaises, dont quelques unes ont été empruntées à des musées et à des institutions européennes et américaines. Les deux contributions les plus remarquables au sein de cette expo sont la collection particulière de M. Samir Moubarak et la somptueuse collection de l’homme d’affaires et mécène Philippe Jabre soigneusement élaborée par son ami, Gabriel Daher. Spécialiste notamment des œuvres réalisées par les peintres voyageurs, Daher écument les enchères, de New York à Londres en passant par Paris, à la recherche d’une œuvre insolite, rare, chargée d’Histoire, dépeignant le regard quelque peu poétisé d’un étranger sur le Liban.

Ceux qui sont passés par le Musée ce samedi 10 octobre, ont profité de l’occasion exclusive de naviguer au milieu de cet océan d’images, orientés par l’expertise de Gabriel Daher en la matière, qui a gracieusement offert une visite guidée de cette exposition. Un parcours insolite proposé par Daher,  introduisant les thèmes avec un petit aperçu historique, plaçant chaque œuvre dans son contexte, attirant le regard sur un détail qui se transforme comme par enchantement en un fil conducteur entraînant la petite foule d’un tableau à un autre, d’une carte géographique à un cliché en noir et blanc immortalisant ce que fut la capitale jadis. Soixante minutes se sont écoulées comme par magie, laissant les spectateurs nostalgiques, ravis des découvertes effectuées grâce au précieux apport octroyé par l’expert passionné qu’est Gabriel Daher, mais tout aussi avides d’en apprendre davantage, avec un petit pincement au cœur de ce qu’est devenue cette ville de nos jours.

Cependant, cette appétence de plonger dans les tréfonds de ce Beyrouth que l’on n’a jamais connu, peut être assouvie en grande partie à l’aide du catalogue où sont reproduites la totalité des œuvres portant sur Beyrouth des différentes collections participant à cette exposition. Un catalogue réalisé grâce à la contribution inestimable de Gabriel Daher, Michael Davie, May Fatté Davie, Hassan Hallak, Samir Moubarak et Gérard Khoury. Un ouvrage bien fignolé, permettant à chaque fois qu’on le consulte, de faire revivre ce que fut notre capitale qui avait longtemps fasciné les voyageurs occidentaux.

*L’expo a ouvert ses portes le 8 octobre 2015 et dure jusqu’au 11 janvier 2016. Pour plus d’infos, contacter le (01) 201892.

Par Marie-Josée Rizkallah

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Avatar
Marie-Josée Rizkallah est une artiste libanaise originaire de Deir-el-Qamar. Versée dans le domaine de l’écriture depuis l’enfance, elle est l’auteur de trois recueils de poèmes et possède des écrits dans plusieurs ouvrages collectifs ainsi que dans la presse nationale et internationale. Écrivain bénévole sur le média citoyen Libnanews depuis 2006, dont elle est également cofondatrice, profondément engagée dans la sauvegarde du patrimoine libanais et dans la promotion de l'identité et de l’héritage culturel du Liban, elle a fondé l'association I.C.H.T.A.R. (Identité.Culture.Histoire.Traditions.Arts.Racines) pour le Patrimoine Libanais dont elle est actuellement présidente. Elle défend également des causes nationales qui lui touchent au cœur, loin des équations politiques étriquées. Marie-Josée est également artiste peintre et iconographe de profession, et donne des cours et des conférences sur l'Histoire et la Théologie de l'Icône ainsi que l'Expression artistique. Pour plus de détails, visitez son site: mariejoseerizkallah.com son blog: mjliban.wordpress.com et la page FB d'ICHTAR : https://www.facebook.com/I.C.H.T.A.R.lb/