L'entrée principale de la Banque du Liban (BDL) Crédit Photo: Libnanews.com, tous droits réservés
L'entrée principale de la Banque du Liban (BDL) Crédit Photo: Libnanews.com, tous droits réservés

Le quotidien Al Binaa accuse le gouverneur de la Banque du Liban d’avoir refusé de transmettre au cabinet Alvarez & Marsal des documents demandés par lui afin de poursuivre l’audit juricomptable des comptes de la Banque du Liban. Cet audit des comptes de la BdL est pourtant crucial, constituant l’une des conditions premières pour la mise en œuvre des accords conclus avec le FMI.

Parallèlement à cette information, la  Commission spéciale d’enquête à la Banque du Liban aurait transmis des documents demandés par le procureur de la république, le juge Ghassan Oweidat, concernant les comptes du frère du gouverneur Raja Salamé, accusé comme lui de détournements de fond de la banque centrale dans le cadre d’une procédure aussi lancée dans différents pays européens. Les banques libanaises refusaient jusqu’à présent la transmission des informations demandées, se réfugiant sous les dispositions prévues par le secret bancaire qui ne s’exerce pourtant pas dans le cadre d’accusation de détournements de fonds.

Sur le plan judiciaire également, le juge d’instruction du Mont Liban, Nicolas Mansour, aurait informé le ministère des finances de la saisie des biens de Raja Salamé alors que le juge Pierre Francis a confirmé le montant de la caution de 200 millions de livres libanaises pour le faire libérer. Pour rappel, Raja Salamé est actuellement détenu à la prison de Baabda depuis le 24 mars après avoir avoué les faits qui lui sont reprochés.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.