L’ancien député et dirigeant du mouvement Marada, Sleiman Franjieh, dont un proche, l’ancien ministre des transports Youssef Fenianos serait mis en cause dans le cadre de l’enquête portant sur l’explosion du port de Beyrouth, s’en est directement pris au juge d’investigation en charge de l’enquête.

Sleiman Franjieh s’est également prononcé en faveur d’une candidature soit de Najib Mikati soit de Faisal Karamé comme prochain président du conseil, devant le patriarche maronite Béchara Boutros Rahi auquel il a rendu visite ce mercredi. Il a également estimé qu’il attendra de connaitre la composition du prochain gouvernement pour décider d’y participer ou non.

Concernant l’ancien ministre Youssef Fenianos, un de ses proches, il a indiqué que celui-ci comparaitra devant la justice libanaise avant de se prononcer pour la levée de l’immunité des parlementaires. Cependant, il souhaite que ces derniers soient jugés par la haute cour de justice ce que redoutent les familles des victimes en raison et non devant la justice ordinaire.

En effet, les collectifs des victimes de l’explosion du port de Beyrouth, explosion qui a fait plus de 200 morts et 6000 blessés, considèrent que la haute cour de justice – dont les membres sont choisis à moitié par le parlement parmi les parlementaires – pourrait ainsi écarter les hommes politiques de leurs responsabilités dans ce dossier.

Il s’est également porté au secours de l’ancien commandant de l’armée libanaise, le général Jean Kahwaji

Le nitrate est resté dans le port pendant deux ans sous le règne du général Jean Kahwagi et trois ans sous le règne du général Joseph Aoun, alors pourquoi Kahwagi est-il convoqué et non convoqué ? 

Sleiman Franjieh, le 21 juillet 2021

Il estime ainsi qu’il y aurait des pressions régionales et internationales à l’encontre du juge Tarek Bitar afin d’utiliser le système judiciaire dans un but politique.

Je défie le juge Bitar de dire qui a apporté des nitrates et qui en a retiré, mais il n’a rien, et au Liban il n’y a pas de secret, et je suis avec le juge Bitar car aucun des ministres n’est coupable. Le tribunal est politique et la réponse est politique, et le ministre ne savait pas si les nitrates avaient explosé

Sleiman Franjieh, le 21 juillet 2021

Il a finalement conclu en s’en prenant également aux familles des victimes qui ont manifesté avec des portraits de leurs proches disparus,

Ils ont installé des images laides de certaines personnes dans devant le peuple et avons voulu les sacrifier pour rendre le peuple heureux. Nous sommes contre le sacrifice des ministres. (…) Nous exigeons un tribunal équitable, ils ont le droit de se défendre, et nous sommes toujours dans un pays libre et démocratique Une personne est innocente jusqu’à ce que sa culpabilité soit prouvée et Fenianos comparaîtra devant le tribuna. (…) Si les médias et la pression populaire sont nécessaires pour leur convenir et rejeter la loi qui ne leur convient pas, alors laissez-les changer la loi ou faire une révolution et mettre tout le monde en prison. Tous les politiciens ne sont pas des voleurs, tous les médias ne sont pas propres, et toutes les institutions sociales ne sont pas bonnes.

Sleiman Franjieh, le 21 juillet 2021

L’explosion du port de Beyrouth

Pour rappel, plus de 200 personnes seraient décédées et plus de 6 500 personnes ont été blessées dans l’explosion qui a ravagé le port de Beyrouth et une grande partie de la capitale libanaise le 4 août dernier. 300 000 personnes seraient également sans logement des suites de cette explosion.

La piste d’une explosion accidentelle, le 4 août 2020, de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium à l’intérieur d’un entrepôt du port de Beyrouth, saisies en 2014 à bord d’un navire poubelle, le Rhosus battant pavillon moldave, est pour le moment privilégiée par les autorités libanaises. Cette explosion équivaudrait à celle de 600 tonnes de TNT ou encore à un tremblement de terre de 3.3 sur l’échelle de Richter.
Elle aurait ainsi causé un cratère de 110 mètres de long sur 43 mètres de profondeur, indique, le dimanche 9 août, une source sécuritaire citant les propos d’experts français présents sur place.

S’exprimant dans les colonnes du Washington Post dans son édition du 7 septembre, le Procureur de la République, le juge Ghassan Oweidat, a révélé qu’outre les 2750 tonnes de nitrate d’ammonium, du kérosène, du gazoil, 25 tonnes de feux d’artifices et détonateurs à usage pour les mines se trouvaient également présents dans ce même entrepôt.

La présence de ces produits aurait ainsi pu entretenir le feu et lui permettre d’atteindre les températures permettant l’explosion du nitrate d’ammonium, soulignent certains experts.

Les dégâts seraient estimés entre 10 milliards à 15 milliards de dollars.

Le port de Beyrouth, un espace où la corruption était généralisée

Le refus des autorités libanaises à la mise en place d’une enquête internationale serait lié à la crainte de voir l’ampleur de la corruption touchant la principale porte du Liban et où seraient impliqués la quasi-totalité des partis politiques libanais, y compris certains qui réclament aujourd’hui cette enquête, notent certaines sources médiatiques, sous le couvert d’une autorité temporaire de gestion du port de Beyrouth dont les nominations se faisaient selon des lignes sectaires officiellement.

Mis quasiment en cause en raison de sa proximité par rapport à l’ancien directeur du port de Beyrouth Hassan Koraytem en place depuis plus de 20 ans, Saad Hariri dément aujourd’hui tout lien direct avec ce dernier.

Sur place, les opérateurs notent que le transit des marchandises donne souvent lieu à un racket. Ainsi, pour pouvoir sortir des marchandises du port de Beyrouth, d’importants dessous de table doivent être fréquemment payés.

D’autres notent que certaines cargaisons ne sont pas vérifiées. Des marchandises sont également sous-facturées afin de ne pas payer les taxes pourtant dûs à un état en crise financière.

L’enquête sur les responsables impliqués dans l’explosion

Pour l’heure, 33 personnes seraient actuellement mises en examen. Parmi eux, le directeur du port de Beyrouth, Hassan Koraytem, ainsi que le directeur des services de la douane libanaise Badri Daher, tous 2 mis en examen par le juge d’instruction Fadi Sawwan, en charge de l’enquête.

Au total, plusieurs responsables sécuritaires et du port de Beyrouth ont ainsi été arrêtés.

Certaines sources soulignent que les différents partis politiques libanais s’étaient partagés les revenus du port de Beyrouth , rendant difficile actuellement de connaitre les responsabilités de chacun dans cette explosion.

Plusieurs partis politiques, de la majorité comme de l’opposition, souhaiteraient également conclure de manière rapide l’enquête étant impliqués dans différents trafics qui ont lieu depuis ou vers le port de Beyrouth. Ils souhaiteraient ainsi éviter à ce qu’on puisse découvrir le degré d’implication de chacun et des violations sécuritaires nécessaires à la poursuite de ses trafics. 

Aussi, des responsables sécuritaires avaient prévenu les autorités politiques à plusieurs reprises au cours des dernières années, les autorités judiciaires n’ont pas décidé de la mise en oeuvre des mesures de transfert nécessaires de la cargaison.

Certaines sources proches du dossier soulignent également la responsabilité de plusieurs administrations dans le port de Beyrouth, d’autant que de hauts responsables étaient informés du danger posé par le stockage de manière inadéquate de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium depuis 2014.

Si le rapport du FBI n’a pas pu conclure sur l’origine de l’explosion et évoque une piste à priori accidentelle sur base des informations fournies par les autorités libanaises, le Liban reste dans l’attente des résultats des enquêtes parallèles menées par la France et la Grande Bretagne.

Le 10 décembre, le juge Fadi Sawwan met en examen le premier ministre sortant Hassan Diab, l’ancien ministre des finances Ali Hassan Khalil et les anciens ministres des transport Ghazi Zeiter, tous 2 membres du bloc parlementaire du mouvement Amal et Youssef Finianos.

Les 2 anciens ministres Ali Hassan Khalil et Ghazi Zoeitar, par ailleurs proches du président de la chambre Nabih Berri, avaient alors refusé de se rendre auprès du juge, estimant jouir d’une immunité parlementaire. Cependant, cette immunité a fait l’objet d’une controverse, le barreau de Beyrouth jugeant qu’elle ne peut s’appliquer dans le cadre de cette affaire

Ces derniers obtiennent alors le renvoi du juge en février 2021, la cour de cassation, saisie par 2 anciens ministres, l’ancien ministre des finances Ali Hassan Khalil et l’ancien ministre des transports Ghazi Zoaiter, ayant décidé que le magistrat avait motivé sa décision alors que son domicile est situé dans le quartier d’Ashrafieh également endommagé par l’explosion. Il était donc partie prenante dans cette affaire.

Le juge Tarek Bitar a alors été nommé dès le 19 février. Son nom ayant déjà été proposé en août dernier dans le cadre de la même procédure. Il avait cependant à l’époque refusé de devenir le juge d’investigation dans le dossier du drame du 4 août dernier, au prétexte d’une charge de travail importante.

Début juin, le nouveau juge a indiqué que 3 hypothèses ont été examinées après que les experts français aient révélé le contenu d’un rapport préliminaire, celle d’une erreur humaine suite à un travail de soudage qui a déclenché un incendie, d’un incendie intentionnel ou encore une explosion suite au tir d’une roquette. 

Selon le juge, l’une de ces hypothèses serait écartée à plus de 80% suite à la réception du rapport des experts français qui est finalement parvenu au Liban. 

Restent donc 2 hypothèses qui font actuellement l’objet d’études approfondies. Certaines sources indiquent qu’il s’agirait des hypothèses d’un incendie volontaire ou accidentel.

Début juillet, le juge Tarek Bitar demande la levée de l’immunité parlementaire d’un certain nombre de responsables dont l’ancien ministre des finances, Ali Hassan Khalil et de l’ancien ministre des travaux public, Ghazi Zeaiter, 2 proches du président de la chambre des députés Nabih Berri ainsi que de l’ancien ministres de l’intérieur Nouhad Machnouk, tous soupçonnés d’avoir été mis au courant de la présence de substances dangereuses. Il a également demandé la permission d’interroger un certain nombre d’anciens responsables et de responsables actuels des services de sécurité dont le directeur de la sureté générale, le général Abbas Ibrahim ou encore de l’ancien commandant de l’armée libanaise, le général Jean Kahwaji.

Ce vendredi 9 juillet, le bureau du parlement et la commission parlementaire de l’administration et de la justice aurait reporté la décision concernant la levée de l’immunité des parlementaires visés, demandant plus d’information à ce sujet.

Le même jour, le ministre de l’intérieur Mohammed Fahmi a refusé de permettre l’interrogatoire du général Abbas Ibrahim amenant le juge Tarek Bitar à déposer un recours devant la cour de cassation.

Des le 11 octobre 2021, le juge Tarek Bitar publie un mandat d’arrêt à l’encontre d’Ali Hassan Khalil après que celui-ci ne se soit pas produit devant lui. Ce mandat d’arrêt mènera à des manifestations devant le palais de justice, le 14 octobre 2021, et aux fameux incidents de Tayyouneh, les pires incidents à caractère sectaire depuis la fin de la guerre civile entre chrétiens et chiites. Le mouvement Amal et le Hezbollah, coorganisateur de la manifestation, accuseront alors des snipers des Forces Libanaises d’avoir fait feu sur eux.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.