De nombreux libanais dénoncent la fermeture de la filiale d’une librairie au centre-ville de Beyrouth, librairie située au coeur même des souks restaurés par SOLIDERE. Cependant, cette nouvelle faillite, il y en a eu tellement d’autres n’est pas une surprise, cette société en charge de reconstruire le centre ville de capitale ayant échoué à comprendre même qu’il faille un tissu socio-économique différent que son projet qui était tourné vers, exclusivement, une vision luxueuse.

L’une des critiques, dès le départ du projet SOLIDERE était justement lié à l’absence de mixité sociale avec le pari d’un lieu élitiste. Evidemment ce système a également été impacté par tous les évènements que le Pays des Cèdres a traversé depuis. Cependant la mixité sociale aurait pu introduire un élément de résilience également sociale, ce qui n’a pas été le cas.

Il ne faut pas s’étonner que les magasins présents au centre-ville ferment les uns après les autres et même ailleurs qu’au centre-ville alors que le Pays des Cèdres affronte une crise considérée comme l’une des pires depuis la moitié du XIXème siècle par la Banque Mondiale. Il était d’ailleurs étonnant de voir une librairie résister jusqu’à présent après que le modèle économique d’un tel établissement peine déjà à perdurer dans des circonstances normales ailleurs. Combien de librairies ont déjà fermé leurs portes dans les grandes villes européennes, confrontées aux évolutions technologiques et à la vente en ligne? Au Liban, ce modèle de vente en ligne ne reste pour l’heure pas mature. Cependant, l’absence même de tissu social et économique et donc de vie au Centre-Ville de Beyrouth amenait à cette anomalie d’une boutique toujours ouverte mais pas d’habitants domiciliés à proximité.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Expert économique, François el Bacha est l'un des membres fondateurs de Libnanews.com. Il a notamment travaillé pour des projets multiples, allant du secteur bancaire aux problèmes socio-économiques et plus spécifiquement en terme de diversité au sein des entreprises.